Actions
  • shareshare
  • link
  • cite
  • add
add
auto_awesome_motion View all 3 versions
Publication . Article . 2019

Servir l’entreprise ou la changer ?

Les responsables diversité entre gestion, critique et performance de la vertu
Laure Bereni; Dorothée Prud’Homme;
Open Access
Published: 18 Jul 2019 Journal: Revue française de sociologie, volume Vol. 60, pages 175-200 (issn: 0035-2969, Copyright policy )
Publisher: CAIRN
Abstract

International audience; En s’appuyant sur une série de 68 entretiens avec des « responsables diversité » de grandes entreprises françaises, cet article explore les conditions de possibilité et les formes de la mobilisation de postures critiques ou « orientées vers les valeurs » par des cadres de grandes entreprises, dans leur travail. Ces cadres envisagent-ils/elles cette fonction atypique, située à l’interface entre l’entreprise et la société, comme un lieu de défense de principes juridiques, de convictions politiques ou de valeurs éthiques, au-delà de la cause de l’entreprise ? Nous mettons au jour la variété des manières d’investir la fonction en distinguant trois postures idéales-typiques : l’expert·e distancié·e (ou gestionnaire de projets), qui prend soin de mettre à distance ce qui pourrait l’associer non seulement à une militante mais aussi à une spécialiste de la diversité ; l’expert·e critique (ou militant professionnel) qui poursuit une mission de réforme de l’entreprise, en s’appuyant sur des principes juridiques et politiques ; l’expert·e investi·e (ou professionnelle de la vertu), qui valorise fortement la dimension civique de la fonction, tout en se tenant à distance de toute dimension politique – conflictuelle et critique. En croisant les apports de la littérature sur le militantisme intra-organisationnel et des travaux sur l’ethos professionnel des cadres exerçant des fonctions associées à la « responsabilité sociale des entreprises », l’article met au jour différentes formes d’articulation entre la rationalité gestionnaire et d’autres sphères de valeurs dans le monde des affaires.; Drawing on 68 interviews with diversity managers working in the headquarters of French global companies, this article explores the extent to which they develop a professional identity that is critical and/or oriented to values. Do they envision their atypical role at the interface between the company and society as a site for defending legal principles, political convictions, or ethical values, above and beyond working for business interests? We expose the variety of ways in which diversity managers define their professional role, distinguishing three ideal-typical identities: 1)the distanced expert (or "project manager"), who is careful to hold at bay anything that might make her appear as a diversity specialist, let alone a diversity activist; 2)the critical expert (or "professional activist"), whose see himself as engaged in progressive reform of the company, based on legal and political antidiscrimination principles; 3)and the committed expert (or "performer of corporate virtue”), who attaches great value to the civic dimension of the role while distancing herself from its political (conflictual and critical) dimensions. Contributing to scholarships on intra-organization activism as well as on CSR professionals' identity work, the article brings to light a range of ways by which business rationality is combined with other normative orders within large corporate settings.

Subjects

Sociology and Political Science, entreprises, cadres, gestion de la diversité, expertise, militantisme, responsabilité sociale de l'entreprise (RSE), [SHS.SCIPO]Humanities and Social Sciences/Political science, [SHS.SOCIO]Humanities and Social Sciences/Sociology, [SHS.GENRE]Humanities and Social Sciences/Gender studies

25 references, page 1 of 3

BATTAGLIOLA F., 2009, « Philanthropes et féministes dans le monde réformateur (1890- 1910) », Travail, genre et sociétés, 22, p. 135-154.

BERENI L., 2018, Aux frontières de la raison des affaires. Le management de la diversité à New York et à Paris, Manuscrit original pour l'habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université Paris Nanterre.

BERENI L., CHAPPE V.-A., 2011, « La discrimination, de la qualification juridique à l'outil sociologique », Politix, 94, p. 7-34.

BERENI L., PRUD'HOMME D., COULON A., 2017, La fonction diversité. Enjeux, compétences et trajectoires, Paris, AFMD.

BERENI L., REVILLARD A., 2018, « Movement Institutions: The Bureaucratic Sources of Feminist Protest », Politics & Gender, 14, 3, p. 407-432.

BLANCHARD S., 2018, « Le conseil en égalité professionnelle : quel genre d'entreprise ? », Travail, genre et sociétés, 39, p. 141-158.

BLANCHARD S., BONI-LE GOFF I., RABIER M., 2013, « Une cause de riche ? L'accès des femmes au pouvoir économique », Sociétés contemporaines, 89, p. 101-130.

BLANCHARD S., JACQUEMART A., PERRIN M., ROMERIO A., 2018, « La cause des femmes dans les institutions », Actes de la recherche en sciences sociales, 223, p. 4-11.

BOLTANSKI L., CHIAPELLO E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BORY A., 2008, « Perdre son âme ou la racheter ? Enjeux professionnels et organisationnels autour du bénévolat d'entreprise », Les mondes du travail, 5, p. 39-52.

Related to Research communities
Social Science and Humanities
moresidebar