Définition de la proportion de la population issue de la médecine générale qui n’utilise pas de préservatif au cours d’un rapport sexuel occasionnel, étude des déterminants, et place qu’occupe le médecin généraliste dans la prévention des Infections Sexuellement Transmissibles

Master thesis French OPEN
Valinducq, Vincent (2015)
  • Publisher: HAL CCSD
  • Subject: Infections sexuellement transmissibles | Prévention | Médecin généraliste | [SDV.MHEP] Life Sciences [q-bio]/Human health and pathology

Dans un contexte de recrudescence des IST, il a été intéressant de définir la proportion de de la population issue de la médecine générale qui n’utilise pas le préservatif lors d’un rapport sexuel occasionnel et également d’identifier les déterminants de non utilisation du préservatif. 65,5% de la population a eu un rapport sexuel occasionnel au cours des 12 derniers mois dans notre étude. Cette étude a évalué via un auto-questionnaire le caractère sociodémographique, les connaissances, attitudes et pratiques sexuelles de 200 patients, ainsi que la place qu’occupe le médecin généraliste dans la prévention des IST. Une analyse statistique sur notre échantillon puis en sous-groupe homo/bisexuel et hétérosexuel a été possible L’excès de confiance via des inconnus ou ex partenaires, la consommation d’alcool/drogues et les rencontres via l’utilisation d’applications smartphone ou sites internet de rencontre contribuent à cette prise de risque. Perspectives d’avenir : Former les médecins généralistes sur la façon d’aborder la sexualité sans jugement ni pudeur afin d’optimiser la prescription de dépistage des IST et l’information des risques donnés aux patients quel que soit l’âge ou la sexualité des patients. Rappeler l’efficacité et l’importance d’utiliser le préservatif comme moyen de prévention contre les IST.
Share - Bookmark

  • Download from
    HAL Descartes via HAL Descartes (Master thesis, 2015)
  • Cite this publication