Le détour, la pause et l'optimalité. Essai sur la distance et ses apports au transport et à l'urbanisme

Doctoral thesis French OPEN
L'HOSTIS, Alain (2014)
  • Subject: TRANSPORT | URBANISME | AMENAGEMENT DU TERRITOIRE | DISTANCE | ITINERAIRE ROUTIER

La distance est un élément central pour la compréhension et pour l'action sur la ville et les territoires dans leurs liens avec les transports. Pourtant la distance n'a pas été considérée dans toutes ses potentialités dans les disciplines qui abordent la spatialité, c'est-à-dire la géographie, l'économie, la psychologie et la sociologie, et qui constituent les principaux gisements de savoirs académiques mobilisés par les spécialistes de l'urbanisme, de l'aménagement et des transports. L'investigation menée dans ce mémoire montre que l'interprétation géographique des propriétés mathématiques des distances, et en particulier la propriété de l'inégalité triangulaire, révèle des éléments clés qui permettent de construire un cadre d'analyse théorique aux implications directes pour l'action sur les transports et sur les arrangements territoriaux et urbains. Ainsi, et contrairement à des analyses répandues dans la littérature scientifique en partie reliées à la prégnance du paradigme euclidien de la ligne droite, il est possible d'affirmer que les distances sont toujours optimales, que le détour est une contribution à cette optimalité, et que la pause dans le mouvement participe à l'établissement de l'optimalité de la distance. La ligne droite euclidienne est profondément enracinée dans les représentations des acteurs, qu'ils soient chercheurs, décideurs ou utilisateurs des espaces urbains. La ligne droite est une référence pour tout mouvement ; mais le détour est tellement universel, allant jusqu'à la forme extrême de l'inversion spatiale, la pause est tellement fréquente, que l'un et l'autre doivent pouvoir être traités de manière positive dans l'aménagement. À partir de cette investigation nous proposons un cadre d'analyse reposant sur deux distances définies par les distances de la densité et les distances du transport, déclinées selon leur forme, soit euclidienne soit distance-réseau. Ce cadre de réflexion permet de revisiter un ensemble d'approches, de modèles et de solutions concrètes touchant la ville, les territoires et les transports : la conception des aménagements de la marche à pied urbaine et des espaces publics, l'organisation des gares ferroviaires et des liens avec leurs quartiers, le traitement des sous-optimalités véhiculées par les plans de réseaux de transport en commun, le fait de considérer des équipements extérieurs comme contributeurs de l'ouverture d'un territoire, sont autant d'illustrations de situations où le cadre de réflexion posé par la distance peut aider à guider l'action. Déclinant et alimentant cette réflexion sur la distance, mon activité de recherche est ensuite exposée selon trois axes de recherche. En premier lieu les distances de l'espace ratatiné représentent une réflexion menée depuis la thèse de doctorat sur la déformation de l'espace-temps par les modes de transport rapides. Un second axe porte sur les distances entre les villes et vise à relier les performances des systèmes de transport avec les stratégies urbaines et territoriales, par le développement d'indicateurs basés sur les concepts de l'accessibilité et du potentiel de contact. Le troisième axe traite des distances dans la ville avec une focale sur l'urbanisme des transports collectifs, en tant que déclinaison du concept du Transit Oriented Development (TOD). Distance is a central element in the understanding and for the action on cities, on territories and on transport. However, distance has not been considered at its full potential in the disciplines that care about spatiality, namely geography, economy, psychology and sociology, and that constitute the main corpus used by the specialists of urbanism, spatial planning and transport. The investigation exposed in this memoir shows that the geographical interpretation of the mathematical properties of distances, and in particular the triangle inequality, reveals some key elements that allow for the establishment of a theoretical framework with direct interpretations for action on transport and on the territorial and urban arrangements. Hence, and contrary to many analysis found in the scientific literature partially linked to the influence of the euclidean paradigm, it is possible to state that distances are always optimal, that the detour is a contribution to this optimality, and that the pause in the movement participates in the establishment of the optimality of distances. The euclidean straight line is deeply rooted into the representations of actors that they be researchers, decision makers or users of urban spaces. The straight line is a reference for any movement; and yet the detour is so universal, extending to the extreme form of the spatial inversion, the pause is so frequent that they both should be treated in a positive way in urbanism and spatial planning. From this development, we set up an analytical framework based on two distances - the distance of density and the distance of transport - expressed under two different forms, euclidean distance and network distance. This framework permits to revisit a set of approaches, models and concrete solutions concerning cities, territories and transport: the conception of public spaces and urban form favouring walking, the organisation of railway stations and of their links with surrounding urban space, the treatment of sub-optimal situations generated by public transport maps designed for users, the fact of considering some external equipments as direct contributors to the openness of a territory, are examples of situations where the analytical framework can help to guide the action. Expressing and beefing up this reflection on distance, my research activity is then exposed according to three axis of researches. Firstly the distances of the shrivelled space represent a reflection started during the PhD on the deformation of space by the fast transport means. A second axis focuses on the distances between cities, and links the performance of transport systems with urban and territorial strategies through the development of indicators based on accessibility and the contact potential. The third axis concerns distances in the city with a focus on the urbanism of public transport, as a French version of the Transit Oriented Development (TOD).
Share - Bookmark