Impact des glucocorticoïdes plasmatiques sur la maturation et le fonctionnement de l'inhibition spinale GABAergique

Doctoral thesis French OPEN
Zell, Vivien (2013)
  • Publisher: Université de Strasbourg, ​Strasbourg, ​​France
  • Subject: : Multidisciplinary, general & others [F99] [Life sciences] | : Multidisciplinaire, généralités & autres [F99] [Sciences du vivant]

Glucocorticoids (GC) such as corticosterone (CORT) in rats are synthetized following stress and HPA axis activation and are part of organisms response to homeostasis perturbations. Furthermore, GC can also alter pain perception. Les glucocorticoides (GC) sont des hormones stéroïdes synthétisées par les glandes surrénales suite à l’activation de l’axe hypothalamo-hypophysaire- surrénalien (ou axe HPA pour hypothalamic-pituitary-adrenal). Leur sécrétion pulsatile est sous le contrôle de l’hormone hypophysaire ACTH (adrenocorticotropin hormone). Les bolus de GC sont libères a une fréquence d’environ une heure et leur taille peut varier sous l’influence des différents facteurs que sont la libération de CRH (corticotropropin releasing hormone) par le thalamus, la concentration de GC, le stress, l’alimentation et le cycle veille / sommeil. La production de ces GC est une des réponses de l’organisme pour rétablir l’homéostasie qui a été perturbée. Pour cela, les GC ont des actions anti--‐inflammatoires, métaboliques ou même des effets centraux sur le comportement et la douleur. C’est ce dernier qui a fait l’objet de mes travaux dans le cadre de cette these. La douleur est définie comme une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée a un dommage tissulaire existant ou potentiel décrite en terme d’un tel dommage (association internationale pour l’étude de la douleur). Ce sont les afférences sensorielles primaires qui véhiculent les informations depuis la périphérie dans le système nerveux central (SNC), directement dans les cornes dorsales de la moelle épinière. Ces informations peuvent être nociceptives (à la base de la douleur perçue une fois l’information acheminée au cerveau) mais aussi extéroceptives et proprioceptives relayant les informations de nos muscles, articulations et viscères ou encore les informations sensorielles tactiles de notre peau. Ces informations sont ensuite modulées par un réseau complexe de neurones au niveau des cornes dorsales de la moelle épinière avant d’être transmises aux centres supraspinaux en empruntant des voies ascendantes spécifiques. Ces différents centres vont intégrer ces informations, et nous allons avoir conscience des sensations qui se déroulent à la périphérie. Dans le cadre de la douleur, l’enjeu sera de comprendre les mécanismes qui peuvent altérer cette transmission dans des cas pathologiques, et de pouvoir traiter ces derniers. Les cornes dorsales de la moelle épinière, qui sont le premier relais de ces informations, constituent donc une cible de choix pour lutter contre les douleurs pathologiques. Nous verrons qu’il y a un lien direct entre les GC et la transmission de l’information nociceptive dans ces cornes dorsales. Ces derniers sont aussi impliqués dans la maturation de transmission inhibitrice faisant intervenir le neurotransmetteur GABA (γ-aminobutyric acid), le neurotransmetteur inhibiteur le plus répandu dans le SNC. Dans les cornes dorsales de la moelle épinière, l’inhibition est portée par deux neurotransmetteurs : le GABA et la glycine. Cette inhibition est cruciale pour les mécanismes de transmission de l’information nociceptive car une diminution de cette dernière entraine des symptômes caractéristiques des douleurs pathologiques neuropathiques tels que l’hyperalgésie mécanique et thermique (douleur accrue pour un stimulus douloureux) et l’allodynie mécanique (lorsqu’un stimulus non douloureux le devient). Tous deux peuvent agir au niveau de la synapse ou alors sur des sites extra--‐synaptiques. L’objectif de ma thèse aura été dans un premier temps de caractériser l’impact des GC sur la maturation ontogénétique des différents types de transmissions inhibitrices dans les cornes dorsales. D’identifier les interactions entre GC et transmission inhibitrice dans le système spinal mature et de caractériser les interactions ainsi que la provenance des GC (centrale ou périphérique) qui peuvent altérer cette transmission et moduler la perception douloureuse.
Share - Bookmark