Exposition orale aux nanoparticules de dioxyde de titane (TiO2) : du franchissement de l’épithélium buccal et intestinal au devenir et aux effets dans l’organisme

Article French OPEN
Bettini, Sarah (2014)
  • Related identifiers: doi: 10.1051/jbio/20140022
  • Subject: nanoparticules;additif alimentaire E171;muqueuses buccales;barrière intestinale;système immunitaire;nanoparticles;white food pigment E171;buccal mucosa;intestinal barrier;immune system

Face à l’utilisation exponentielle des nanomatériaux dans des produits de consommation courante, dont l’alimentation, les conséquences pour l’homme d’une exposition quotidienne aux faibles doses de nanoparticules posent des questions de santé publique. Parmi les différentes voies d’exposition, la voie orale reste la moins documentée, alors que des nanomatériaux sont couramment utilisés comme additifs alimentaires, ou incorporés `a des emballages au contact des aliments, de l’eau, pour b´en´eficier de leurs propriétés texturantes, anti-microbiennes ou encore comme simples colorants. Les muqueuses buccales et gastro-intestinales sont les premières régions en contact avec les nanoparticules ingérées. Les nanoparticules franchissent ces barrières biologiques pour ensuite se distribuer au compartiment systémique. Bien que des différences existent entre catégories de nanoparticules, compte tenu de leurs propriétés physico-chimiques propres, de la dimension des particules primaires et de leur solubilité éventuelle, l’exemple pris dans cette revue avec le dioxyde de titane (TiO2) se veut démonstratif des études de toxicité orale menées in vivo et in vitro pour participer `à l’´évaluation du risque pour l’homme.
Share - Bookmark

  • Download from
    ProdInra via ProdInra (Article, 2014)
  • Cite this publication