Apports spontanés en acides gras oméga 3 chez des diabétiques de type 2 tunisiens

Article English OPEN
Jamoussi Henda ; Chaabouni Salma ; Gammoudi Amel ; Mahjoub Faten ; Ounaissa Kamilia ; Berriche Olfa ; Amrouche Chiraz ; Blouza Samira (2014)
  • Publisher: EDP Sciences
  • Journal: Oilseeds and fats (issn: 2272-6977, eissn: 2257-6614)
  • Related identifiers: doi: 10.1051/ocl/2014025
  • Subject: Polyunsaturated fatty acids | omega 6 | omega 3 ratio | type 2 diabetes | cardiovascular risk | Oils, fats, and waxes | TP670-699

Il est admis à l’unanimité que les acides gras oméga 3 ont de multiples bénéfices pour la santé et plus précisément des effets protecteurs contre les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives. L’objectif de ce travail était d’estimer les apports spontanés en acides alphalinolénique (ALA), docosahexaénoïque (DHA), éicosapentaénoïque (EPA) et linoléique (LA). Cette étude d’observation a été réalisée auprès de 42 diabétiques de type 2 (21 hommes et 21 femmes) âgés de 30 à 75 ans. L’estimation des apports en acides gras a été réalisée en utilisant la méthode d’enregistrement sur sept jours. Les résultats ont montré que l’apport moyen en ALA était de 0,99 ± 0,40 g/j soit 0,42 ± 0,13 % de l’apport énergétique total (AET). Aucun de nos patients n’avait un apport suffisant en ALA. Les apports quotidiens moyens en DHA et en EPA étaient respectivement de 90,0 ± 85 mg/j et de 83,5 ± 80 mg/j. Quant à la contribution des aliments aux apports en EPA et en DHA, les poissons et les fruits de mer représentaient la part la plus importante (57 %) de ces deux acides gras. Nos résultats appellent à renforcer l’éducation nutritionnelle des diabétiques afin d’augmenter les apports en acides gras oméga 3 et d’assurer un rapport LA/ALA optimal qui contribuerait à la prévention des maladies cardiovasculaires.
Share - Bookmark