Étude de polariseurs à lames minces de sélénium

Article French OPEN
Duverney , Robert (1959)

La transmission de une ou plusieurs lames minces de sélénium inclinées à 68°, pour une vibration rectiligne incidente perpendiculaire au plan d'incidence (composante σ) varie avec la longueur d'onde. Cette transmission résulte de la superposition des différents systèmes d'interférences multiples que l'on met en évidence dans chaque lame. Ces relations de phase expliquent la sélectivité en longueur d'onde et l'excellente polarisation couramment observée pour les polariseurs à lames minces de sélénium. Le choix des épaisseurs des lames peut être envisagé de façon à tirer profit de ces interférences et à réaliser dans des intervalles de longueurs d'onde donnés (au delà de 10 microns en particulier) des taux de polarisation acceptables avec un nombre réduit de lames. La transmission d'une vibration rectiligne parallèle au plan d'incidence (« composante π ») n'est pas égale à un. On propose une explication faisant intervenir la non homogénéité des lames en épaisseur. Les transmissions π les plus faibles observées (0,89 pour 6 lames à 10 μ) sont dues à l'évolution du sélénium rouge en d'autres variétés.
  • References (14)
    14 references, page 1 of 2

    [1] ELLIOTT, AMBROSE et TEMPLE, J. Opt. Soc. Amer., 1948, 38, n° 2, 212.

    [2]MATHIEU (J. P.), J. Physique Rad., 1955, 16, 249.

    [3] DUVERNEY (R.) et Mlle VERGNOUX (A. M.), J. Physique Rad., août, septembre 1957, 18, 527.

    [4] DE LA PROVOSTAYE et DESAINS, Ann. Chim. Phys., 1850, 30, 158.

    [5] CONN et EATON, J. Opt. Soc. Amer., July 1954,553.

    [6] ROUARD, Mémorial des Sciences Physiques, 1952, fascicule LV, 45.

    [7] VERGNOUX (A. M.), Thèse, Paris.

    [8] VERGNOUX (A. M.) et DELOUPY (C.), Revue d'Optique, 1958, 343.

    [9] GEBBIE (H. A.) et SAKER (E. W.), J. Opt. Soc. Amer., 1951, 64, 360.

    [10] BARCHEWITZ et HENRY (L.), J. Physique Rad., 1954, 15, 639.

  • Similar Research Results (1)
  • Metrics
    No metrics available
Share - Bookmark