Le Combat de l’amour divin et de l’amour profane : un ballet de Charpentier pour le collège d’Harcourt

Article French OPEN
Demeilliez , Marie;
(2014)
  • Publisher: Société Marc-Antoine Charpentier
  • Subject: Marc-Antoine Charpentier | Théâtre de collège | Ballet | [ SHS.MUSIQ ] Humanities and Social Sciences/Musicology and performing arts

International audience; De l’activité de Marc-Antoine Charpentier au service des jésuites, nous sont parvenus un vaste répertoire religieux ainsi que le célèbre « opéra chrétien » David et Jonathas (1688), l’une des rares partitions composées pour le collège Louis-le-Gr... View more
  • References (38)
    38 references, page 1 of 4

    1. Bien que les documents précis fassent défaut sur la période d'activité et sur l'activité même de Charpentier chez les Révérends Pères, on sait que du milieu des années 1680 à 1698 (date de sa nomination à la Sainte-Chapelle), Charpentier exerce à la fois rue SaintJacques comme maître de musique de l'église du collège et rue Saint-Antoine comme maître de musique de l'église de la maison professe, pour lesquelles il compose une importante musique religieuse. Voir Catherine Cessac, Marc-Antoine Charpentier, Paris, Fayard, 2/2004, p. 207-243 et Patricia M. Ranum, « Marc-Antoine Charpentier compositeur pour les Jésuites, 1687-1698 : quelques considérations programmatiques », Marc-Antoine Charpentier, Un musicien retrouvé, éd. C. Cessac, Sprimont, Mardaga, 2005, p. 231-246.

    2. Si la partition de cette tragédie en musique est perdue, plusieurs exemplaires du programme et du livret sont conservés comme F-Pn Rés Yf 437 et 438.

    3. Si les compositeurs des intermèdes vocaux sont souvent nommés dans les programmes imprimés pour les représentations (à la fin du XVIIe siècle, outre Charpentier, on relèvera les noms de Claude Oudot, de Jean-Baptiste Lallouette et d'André Campra), les compositeurs des airs de ballet sont généralement anonymes. On conserve néanmoins les partitions de Pascal Collasse et de Pierre Beauchamps pour des ballets dansés dans les années 1680 dans un volume de la collection Philidor conservé à la BnF : Les Ballets des Jesuistes, Composé par Messieurs Beauchant, Desmatins et Collasse, Recueillie par Philidor Laisné en 1690, F-Pc Rés F 516. Sur la musique dans les activités dramatiques des collèges parisiens, voir Marie Demeilliez, « Un plaisir sage et réglé ». Musiques et danses sur la scène des collèges parisiens (1640-1762), thèse de doctorat, Université de Paris-Sorbonne, 2010.

    4. Le cahier XXIII rassemble d'autres musiques de scène : la Sérénade pour le Sicilien (H.497) et le Prélude pour l'Enfant prodigue (H.399a) notamment. L'Ouverture du prologue de Polieucte pour le colege d'Harcourt est coté H.498 dans le catalogue d'Hugh Wiley Hitchcock, Les Œuvres de Marc-Antoine Charpentier : catalogue raisonné, Paris, Picard, 1982.

    5. Installé d'abord rue Saint-Jacques, « près le collège du Plessis-Sorbonne », François Le Cointe est l'imprimeur privilégié de cet établissement jusqu'à la fin de sa carrière, puis, ayant déménagé rue des Sept-Voies (actuelle rue Valette), parallèle à la rue Saint-Jacques, il élargit dans les années 1680 sa clientèle aux programmes des collèges des Grassins, de Beauvais, de La Marche et au collège d'Harcourt. Pour ce dernier, il est l'auteur de trois autres programmes, en 1682, 1684 et 1687.

    6. F-R Pelay 308 ; D-Mbs 4 P.o.gall. 175, 8. Ce dernier est consultable en ligne à cette adresse : http://reader.digitalesammlungen.de/de/fs1/object/display/bsb10056146_00005.html

    7. L'auteur de la traduction latine de Polyeucte n'est pas connu : l'usage était cependant qu'un professeur du collège, souvent celui de rhétorique, soit chargé de la composition de la tragédie.

    8. Il s'agit de Laurentius Surius (1522-1578), moine chartreux allemand, auteur d'un recueil de vies de saints en six volumes, De probatis vitis sanctorum ab Al. Lippomano olim conscriptis, nunc primum emendatis et auctis (1570-1576).

    9. Programme de la tragédie, p. 2 : ce résumé reprend celui fait Corneille pour l'« Examen » de Polyeucte martyr dans l'édition de ses oeuvres de 1660.

    10. Dans le répertoire du collège jésuite voisin, mieux documenté, le cas n'est pas rare de divergences entre le programme conservé et d'autres sources. Voir par exemple le cas du ballet de Sigalion dansé en 1689 dont des notes manuscrites sur un exemplaire annoté du programme révèle que plusieurs entrées ne furent pas dansées ou furent inversées, le programme offrant dès lors une version idéale de la représentation. Voir Marie Demeilliez, « Les airs instrumentaux de Pascal Collasse », Archéologie d'un spectacle jésuite : Polymestor et Sigalion ou le secret (1689), Revue XVIIe siècle, 238 (janvier 2008), p. 57-75.

  • Metrics
Share - Bookmark