search
Include:
1 Research products, page 1 of 1

Relevance
arrow_drop_down
  • Open Access French
    Authors: 
    Marianne Béraud;
    Publisher: Presses universitaires de Caen
    Project: EC | Locus Ludi (741520)

    Parent pauvre de l’historiographie marxiste sur l’esclavage, la pratique du jeu dans la sphère servile invite à interroger les normes et les transgressions qui régissent les activités ludiques. Le droit pour un esclave de jouer est normé par un cadre légal définissant qui peut jouer, avec qui et à quels jeux. Cette armature juridique doit prémunir les maîtres contre les pertes financières occasionnées par les jeux de hasard et d’argent affectionnés de leurs esclaves. Loin d’être interdits de jeux, les esclaves développent des ludi et une temporalité du jeu qui leur sont propres. Situé à la croisée entre la détente oisive et la profession servile de joueur, le jeu d’esclaves oscille entre normativité, interdit de la transgression et « transgression normée » – permission du jeu d’ordinaire interdit dans certains contextes – des pratiques ludiques. The practice of servile gaming constituted an overlooked element of marxist historiography. The study would involve asking the traditional standards and transgression of playful norms. The right for a slave to game is standardized by a legal framework which defined who can played with who and what games. It is to be noticed jurists wanted to hedge masters against the financial loss caused by gambling and games of chance. Far from being excluded from ludi, the slaves invented their own games specifically to themselves. As a country located at the crossroads of idle amusements and servile profession, the slavish games oscillated between tolerated and subversive practices.

Include:
1 Research products, page 1 of 1
  • Open Access French
    Authors: 
    Marianne Béraud;
    Publisher: Presses universitaires de Caen
    Project: EC | Locus Ludi (741520)

    Parent pauvre de l’historiographie marxiste sur l’esclavage, la pratique du jeu dans la sphère servile invite à interroger les normes et les transgressions qui régissent les activités ludiques. Le droit pour un esclave de jouer est normé par un cadre légal définissant qui peut jouer, avec qui et à quels jeux. Cette armature juridique doit prémunir les maîtres contre les pertes financières occasionnées par les jeux de hasard et d’argent affectionnés de leurs esclaves. Loin d’être interdits de jeux, les esclaves développent des ludi et une temporalité du jeu qui leur sont propres. Situé à la croisée entre la détente oisive et la profession servile de joueur, le jeu d’esclaves oscille entre normativité, interdit de la transgression et « transgression normée » – permission du jeu d’ordinaire interdit dans certains contextes – des pratiques ludiques. The practice of servile gaming constituted an overlooked element of marxist historiography. The study would involve asking the traditional standards and transgression of playful norms. The right for a slave to game is standardized by a legal framework which defined who can played with who and what games. It is to be noticed jurists wanted to hedge masters against the financial loss caused by gambling and games of chance. Far from being excluded from ludi, the slaves invented their own games specifically to themselves. As a country located at the crossroads of idle amusements and servile profession, the slavish games oscillated between tolerated and subversive practices.

Send a message
How can we help?
We usually respond in a few hours.