search
Include:
49 Research products, page 1 of 5

  • Publications
  • 2013-2022
  • Part of book or chapter of book
  • US
  • GB
  • French
  • Hyper Article en Ligne
  • Mémoires en Sciences de l'Information et de la Communication
  • HAL AMU

10
arrow_drop_down
Relevance
arrow_drop_down
  • Publication . Part of book or chapter of book . 2022
    French
    Authors: 
    Patte, Marie-France;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    la copie déposée est une première version de l'article paru en 2011. Cette publication fait suite au congrès 2005 de AAA à Washington session: "Endangered languages and Linguistic anthropology".; The Añun language (also known as "Parauhano") is still spoken by a few aged individuals, all speaking Spanish in everyday activities and living in lake-dwellings between Maracaibo and the Venezuelan border with Colombia. The territory of the Añun people, disputed ever since the first contacts with the Europeans, has progressively shrunk with the increasing importance of the oil industry. Their linguistic situation, reflected in their oral narratives, takes us back to the power relations experienced by the speakers. Besides providing the community with the widest range of documentation as possible, linguistic anthropology assumes a participative approach, which can help create a partnership between elder speakers and young members of the community, in order to preserve traditional knowledge and develop different aspects of the language and the culture. To be effective, the revitalization of the language should go together with territorial claims and identity recognition.

  • Open Access French
    Authors: 
    Claude Springer;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Ce début du 21e siècle est marqué par l'explosion des réseaux sociaux mais également par une nouvelle approche plus informelle, massive et ouverte de l'apprentissage. La dimension sociale (Springer, 2009), que l'on peut déduire de la prise en compte de l'action sociale (CECR, 2001), doit être interprétée dans toute sa dimension à la fois physique et virtuelle. L'acteur social est aujourd'hui connecté, confronté à des « textes » qui ne relèvent plus uniquement du mode écrit et de la littératie classique, ni même de la plurilittératie. La question de l'intégration linguistique des migrants doit ainsi prendre en compte la nouvelle donne numérique. Or, la didactique des langues vise avant tout la maitrise de la littératie écrite, malgré l'affirmation de l'importance de la communication orale et l'accent mis sur l'éducation plurilingue comme finalité. Il en va de même pour les échelles de performances du CECR ainsi que pour les certifications en langues, et en particulier pour les certifications du public migrant très marquées par l'alphabétisation (Huver et Springer, 2011). Les nouvelles vagues de migration, auxquelles nous assistons, montrent l'importance croissante de l'e-migration et des réseaux sociaux qui accompagnent les migrants dans leur fuite de la guerre et de la barbarie. Diminescu (2005) décrit les réseaux mis en place par les migrants connectés ; Bashi (2007), de son côté, montre que l'intégration sociale (la survie sociale) dépend de la qualité des liens (survival of the knitted) qu'ils entretiennent avec leurs communautés. La théorie des réseaux de liens (Granovetter, 1973) exprime cette nouvelle réalité. La compétence plurilingue ne peut donc plus suffire. Elle est portée et renforcée par de nouvelles compétences qui relèvent de la translittératie (digital literacy) et de la multimodalité. De nouvelles recherches (Kress, 2009) montrent que le monde numérique actuel n'est plus fondé sur le mode écrit. La toile propose en effet des « textes » multimodaux qui relèvent plus d'une sémiotique sociale (Halliday, 1978) que d'une linguistique structurale et textuelle ou d'une sociolinguistique. Dès lors, il semble indispensable de faire évoluer le cadrage théorique qui sous-tend la didactique des langues, le CECR ainsi que les certifications pour les migrants adultes. Nous appuierons cette problématique sur une analyse de discours de forums de migrants (Facebook) ainsi que sur les résultats d'une enquête auprès d'associations de migrants à Marseille. La Recommandation 2034 (2014) alinéa 7.2. suggère de « proposer des options autres que les tests de langue/d'intégration pour promouvoir et mesurer l'intégration et améliorer les perspectives d'intégration des migrants et des candidats à l'immigration ». Il nous semble que ces options devraient prendre en compte les nouvelles compétences numériques pour accompagner une société de la connaissance réellement inclusive (Stratégie de Lisbonne, 2000, et Europe 2020).

  • French
    Authors: 
    Gut, Dagmara;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Mamatsashvili, Atinati;
    Publisher: HAL CCSD
    Project: EC | LIAGAN (652978)

    International audience; Notre proposons, par ladite étude, de démontrer, dans quelle mesure l’avènement du nazisme déjà dans les années 1930, peut être révélateur, pour un nombre d'auteurs, de l’évolution catastrophique des événements à venir impliquant l’humanité entière et étant orientée, comme le note Bataille, « contre les hommes ». Pour révéler ces marqueurs annonciateurs de la menace sans précédent de l’idéologie nazie qui « maintient la valeur raciale au-dessus de tout autre » (Bataille), nous allons nous intéresser à l’œuvre romanesque de Georges Duhamel. Écrivain, médecin dont le Lieu d’asile a été brûlé par les allemands en 1940 et qui voit son œuvre interdite dès 1942, il met en garde à partir des années trente contre la menace de la guerre qui « sera, nécessairement, une guerre d'expropriation et une guerre d'extermination ». Nous allons examiner dans quelle mesure ce raisonnement qui se déploie à travers sa fiction et se centre sur la question de l'antisémitisme dans son cycle – la Chronique des Pasquier (1933-1945) – n'est pas uniquement liée au danger de l'idéologie nazie, mais concerne aussi la société française de l'entre-deux-guerres.

  • French
    Authors: 
    Michel, Camille; Oliveau, Sébastien;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Lima, capitale du Pérou, métropole de près de 9 millions d’habitants est une ville vulnérable sur plusieurs plans, qu’ils soient physiques, géologiques, sociaux… Les populations, selon leur localisation ne sont pas exposées aux mêmes risques de vulnérabilité. La capitale péruvienne est située au bord de l’océan Pacifique sur une zone désertique. Elle s’étend sur une superficie de 2 672 km² où se concentrent près de 9 millions d’habitants (un tiers de la population du pays), soit une densité de 3 391 hab./km². La ville se situe sur une zone instable du point de vue sismique. Elle connaît de nombreuses secousses, dont certaines qui furent dévastatrices. Certaines zones de la ville sont soumises à d’importantes érosions au niveau des falaises ou des collines ceinturant la ville, appelées « Cerros ». Depuis les années 1940 la ville connait une forte croissance démographique avec son apogée vers 1960. Cette explosion urbaine (en 1954 on comptait près de 1 300 000 habitants et plus de 6 millions en 1993) (D’Ercole, R. et Sierra, A., 2008, Driant, JC., 1989), a été impulsée par un mouvement migratoire, la population provenant majoritairement des montagnes, puis par un processus de densification. Cette forte croissance démographique a entraîné une importante demande de logements. Cependant, l’Etat n’a pas su mener une politique de logement suffisante, notamment pour la population ayant un faible revenu. Un habitat informel s’est alors développé de manière considérable dans la métropole (Riofrio, G., 2003). Cette forme de logement est aujourd’hui un des principaux éléments de la définition de l’espace urbain de la capitale, et porte le nom d’Asentamientos Humanos (littéralement « établissements humains »). Ils correspondent aux bidonvilles, et étaient anciennement connus sous le nom de Barriadas (1930-40) puis de Pueblos Jovenes (1970). A partir des années 1980, tous les terrains plats et urbanisables ont été occupés et l’occupation de nouvelles terres s’effectua au-delà de la frontière urbaine, sur des terres marginales à la topographie prononcée (Barreda, J. et Corzo Ramirez, D., 2004). Ces zones présentent des risques pour la population en raison d’éboulements et de glissements de terrains possibles. Par son contexte de ville coloniale, la capitale présentait dès son origine (le 18 janvier 1835) des inégalités, notamment une ségrégation entre les colons et les indigènes, qui se répercutait spatialement. Cette situation de ségrégation ancienne a continué à s’implanter dans la capitale au cours du temps. Le contexte urbain de la capitale péruvienne est caractérisé par la présence de deux types d’urbanisation : l’urbanisation conventionnelle qui constitue la partie formelle de la ville, et l’urbanisation informelle (sous la forme des Asentamientos Humanos) située principalement en périphérie lointaine. La dynamique actuelle se porte sur la formalisation et la titularisation de ces terres issues de l’urbanisation informelle. L’objectif, à travers la Commission de Formalisation de la Propriété Informelle (COFOPRI), est de formaliser les quartiers où sont implantés des Asentamientos Humanos et de titulariser progressivement chacun des lots en délivrant des titres de propriétés individuels aux habitants. A l’issue du processus, l’ensemble du quartier est formalisé et fait partie intégrante de la ville conventionnelle.Même si cette politique est inégalitaire et ne permet pas une amélioration directe des logements, elle dénote néanmoins d’un processus d’intégration de ces quartiers dans la ville. Cependant, les dynamiques de ségrégation demeurent. La population vivant dans les Asentamientos Humanos présente une forte vulnérabilité au regard de la population du reste de la ville. Pauvreté, précarité des logements (absence d’électricité, d’eau courante, matériaux fragiles…), niveau d’étude et niveau de qualification bas… sont des paramètres qui caractérisent le logement et la population vivant dans les bidonvilles de Lima.Les espaces de pauvreté sont majoritairement situés en périphérie de la ville, c’est également dans ces zones que se localisent les Asentamientos Humanos. Par ailleurs, une analyse de la ségrégation dans la ville, a montré que les deux groupes les plus ségrégés étaient les Quechuas et les ouvriers. Or, ces deux groupes se localisent principalement en périphérie. Les Asentamientos Humanos sont donc des espaces qui cumulent à la fois pauvreté, précarité et ségrégation.La capitale du Pérou est marquée par de fortes inégalités entre les différentes zones de la ville. Les bidonvilles, où vivent entre 40% et 45% de la population sont des espaces pauvres et dans une certaine mesure ségrégés au regard du reste de la ville. Ils présentent une vulnérabilité sociale importante avec des niveaux de développement peu élevés, mais aussi économique avec une incertitude de l’emploi sur une longue durée. Mais s’ajoute également une vulnérabilité physique liée à la géomorphologie de ces espaces. Ils sont effectivement pour une grande partie situés sur des terrains instables, des versants raides ou sur des sols en érosion. Les habitats très précaires, menacent également de s’écrouler en fonction de divers paramètres (vent, secousse sismique, érosion...). Une partie de la population de Lima, vivant dans les Asentamientos Humanos est donc exposée à de nombreux facteurs de vulnérabilité.

  • French
    Authors: 
    GHEERAERT-GRAFFEUILLE, Claire;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Cet article étudie deux pièces anglaises mettant en scène des femmes soldats, qu’elles se soulèvent contre les hommes (The Lady Errant) ou que, femmes du royaume de la Réforme, elles combattent victorieusement l’armée du royaume de la sédition (Bell in Campo). Dans la première, les objets de l’héroïsme, impuissants à définir un véritable héroïsme féminin, sont tournés en ridicule ; dans la seconde, les heroickesses sont les dernières dépositaires d’un héroïsme dont les hommes ne sont plus capables.

  • French
    Authors: 
    Girard, Frédéric;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • Publication . Part of book or chapter of book . 2016
    Open Access French
    Authors: 
    Françoise Daviet-Taylor;
    Publisher: HAL CCSD

    Dans cette etude consacree au devoilement du concept de Peuple, se dessinent quelques lignes directrices. La valeur d'entier, de totalite liee a celle de "plein" est centrale dans l'histoire de ce nom germanique du peuple, all. volk. La pluralite apparait etre ainsi le fondement, le soubassement de ce mot, ce que l'histoire du mot de meme que sa racine revelent. La valeur d'entier prend la valeur de tout, de puissance, de force, celles-ci etant dues a la cohesion du (grand) nombre. Cette valeur positive peut s'inverser des que la valeur du tout qui fait le nombre se dissout, la valeur devenant negative, pejorative. Le (grand) nombre devient multiple, multitude, se de-fait, des que la finalite de la totalite s'efface (quand les causes, les finalites du regroupement, de la formation de l'entier unique perdent en determination, conviction, clarte). Grimm nous rappelle que la valeur negative, pejorative de peuple, celle d'une multitude, a ete corrigee, dans la seconde moitie du XVIIIe et au XIXe siecle, par le mouvement de la philosophie esthetique et la venue des Romantiques, qui lui reinsufflerent noblesse et grandeur. Se peut-il, des lors, qu'il faille que les finalites ayant conduit a construire ces ensembles, ces totalites, gardent leur pleine visibilite, pour que la totalite garde grandeur et respectabilite ? Et donc qu'elles restent claires a la conscience, a l'esprit de chacun de ceux qui participent a l'ensemble, pour que l'ensemble reste convaincu du bien-fonde de sa raison d'etre ? Se peut-il que le citoyen doive garder cette conscience d'etre un particulier d'un ensemble pour que l'ensemble, la cite, demeure et reste une grandeur positive, grandeur que dit sa lointaine origine ? Que dit le nom latin cīvitās dont provient le francais cite ? Si l'on remonte au-dela du latin cīvitās, c'est a la racine *tēu-, non pas augmentee de -t, mais de *kei-wi, que cīvitās est a rapporter. Et cet "elargissement", *kei-wi, "associe le proche et le lointain"

  • French
    Authors: 
    Jean-Luc Bertrand-Krajewski; Rayan Bouchali; Agnès Bouchez; Elodie Brelot; Claire Brivet; Christophe Dagot; Pascal Di Majo; Adriana Gonzalez-Ospina; Jérôme Labanowski; Yves Lévi; +5 more
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • Open Access French
    Authors: 
    Guillaume Robin;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Aujourd'hui, plus que jamais, le fait sportif est envisagé sous l'angle du développement durable. Ce dernier, qui est autant une perspective ouvrant sur le futur qu'une réalité tangible, fournit l'occasion d'interroger les pratiques sportives. Les activités de pleine nature, qui ont connu un essor spectaculaire, doivent se montrer respectueuses de l'environnement et des activités économiques locales (élevage, agriculture, exploitation forestière, par exemple). Les aménagements pour le sport (les équipements et leur desserte, les structures d'accueil, les sites, les itinéraires) donnent matière à des consignes très précises afin de protéger les lieux. En milieu urbain, les activités sportives, d'intérieur ou de plein air, prennent elles aussi en considération le développement durable. Les comportements des publics de pratiquants (au quotidien, de fin de semaine, en séjour de vacances ou selon d'autres modalités de fréquentation) font l'objet de préconisations précises en appelant à une conduite responsable. La perspective diachronique, prenant en considération différentes époques, de la fin du XIXe siècle à aujourd'hui, et la perspective synchronique, faisant varier les échelles spatiales, ont permis de vérifier si et dans quelle mesure la question du développement durable et de la protection de la nature, à propos du sport, correspondait à une préoccupation de génération(s). A l'articulation de ces deux axes, des configurations caractéristiques ont été étudiées mettant en présence plusieurs catégories d'agents : décideurs politiques et administratifs, responsables associatifs, experts scientifiques, techniciens divers, éducateurs, pratiquants sportifs, etc. En fonction des enjeux et des forces en présence, des lignes de tension, des conflits d'usage, des compromis, des coopérations, des consensus se font jour... Durablement ou non ? La question ne doit jamais être écartée.

search
Include:
49 Research products, page 1 of 5
  • Publication . Part of book or chapter of book . 2022
    French
    Authors: 
    Patte, Marie-France;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    la copie déposée est une première version de l'article paru en 2011. Cette publication fait suite au congrès 2005 de AAA à Washington session: "Endangered languages and Linguistic anthropology".; The Añun language (also known as "Parauhano") is still spoken by a few aged individuals, all speaking Spanish in everyday activities and living in lake-dwellings between Maracaibo and the Venezuelan border with Colombia. The territory of the Añun people, disputed ever since the first contacts with the Europeans, has progressively shrunk with the increasing importance of the oil industry. Their linguistic situation, reflected in their oral narratives, takes us back to the power relations experienced by the speakers. Besides providing the community with the widest range of documentation as possible, linguistic anthropology assumes a participative approach, which can help create a partnership between elder speakers and young members of the community, in order to preserve traditional knowledge and develop different aspects of the language and the culture. To be effective, the revitalization of the language should go together with territorial claims and identity recognition.

  • Open Access French
    Authors: 
    Claude Springer;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Ce début du 21e siècle est marqué par l'explosion des réseaux sociaux mais également par une nouvelle approche plus informelle, massive et ouverte de l'apprentissage. La dimension sociale (Springer, 2009), que l'on peut déduire de la prise en compte de l'action sociale (CECR, 2001), doit être interprétée dans toute sa dimension à la fois physique et virtuelle. L'acteur social est aujourd'hui connecté, confronté à des « textes » qui ne relèvent plus uniquement du mode écrit et de la littératie classique, ni même de la plurilittératie. La question de l'intégration linguistique des migrants doit ainsi prendre en compte la nouvelle donne numérique. Or, la didactique des langues vise avant tout la maitrise de la littératie écrite, malgré l'affirmation de l'importance de la communication orale et l'accent mis sur l'éducation plurilingue comme finalité. Il en va de même pour les échelles de performances du CECR ainsi que pour les certifications en langues, et en particulier pour les certifications du public migrant très marquées par l'alphabétisation (Huver et Springer, 2011). Les nouvelles vagues de migration, auxquelles nous assistons, montrent l'importance croissante de l'e-migration et des réseaux sociaux qui accompagnent les migrants dans leur fuite de la guerre et de la barbarie. Diminescu (2005) décrit les réseaux mis en place par les migrants connectés ; Bashi (2007), de son côté, montre que l'intégration sociale (la survie sociale) dépend de la qualité des liens (survival of the knitted) qu'ils entretiennent avec leurs communautés. La théorie des réseaux de liens (Granovetter, 1973) exprime cette nouvelle réalité. La compétence plurilingue ne peut donc plus suffire. Elle est portée et renforcée par de nouvelles compétences qui relèvent de la translittératie (digital literacy) et de la multimodalité. De nouvelles recherches (Kress, 2009) montrent que le monde numérique actuel n'est plus fondé sur le mode écrit. La toile propose en effet des « textes » multimodaux qui relèvent plus d'une sémiotique sociale (Halliday, 1978) que d'une linguistique structurale et textuelle ou d'une sociolinguistique. Dès lors, il semble indispensable de faire évoluer le cadrage théorique qui sous-tend la didactique des langues, le CECR ainsi que les certifications pour les migrants adultes. Nous appuierons cette problématique sur une analyse de discours de forums de migrants (Facebook) ainsi que sur les résultats d'une enquête auprès d'associations de migrants à Marseille. La Recommandation 2034 (2014) alinéa 7.2. suggère de « proposer des options autres que les tests de langue/d'intégration pour promouvoir et mesurer l'intégration et améliorer les perspectives d'intégration des migrants et des candidats à l'immigration ». Il nous semble que ces options devraient prendre en compte les nouvelles compétences numériques pour accompagner une société de la connaissance réellement inclusive (Stratégie de Lisbonne, 2000, et Europe 2020).

  • French
    Authors: 
    Gut, Dagmara;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Mamatsashvili, Atinati;
    Publisher: HAL CCSD
    Project: EC | LIAGAN (652978)

    International audience; Notre proposons, par ladite étude, de démontrer, dans quelle mesure l’avènement du nazisme déjà dans les années 1930, peut être révélateur, pour un nombre d'auteurs, de l’évolution catastrophique des événements à venir impliquant l’humanité entière et étant orientée, comme le note Bataille, « contre les hommes ». Pour révéler ces marqueurs annonciateurs de la menace sans précédent de l’idéologie nazie qui « maintient la valeur raciale au-dessus de tout autre » (Bataille), nous allons nous intéresser à l’œuvre romanesque de Georges Duhamel. Écrivain, médecin dont le Lieu d’asile a été brûlé par les allemands en 1940 et qui voit son œuvre interdite dès 1942, il met en garde à partir des années trente contre la menace de la guerre qui « sera, nécessairement, une guerre d'expropriation et une guerre d'extermination ». Nous allons examiner dans quelle mesure ce raisonnement qui se déploie à travers sa fiction et se centre sur la question de l'antisémitisme dans son cycle – la Chronique des Pasquier (1933-1945) – n'est pas uniquement liée au danger de l'idéologie nazie, mais concerne aussi la société française de l'entre-deux-guerres.

  • French
    Authors: 
    Michel, Camille; Oliveau, Sébastien;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Lima, capitale du Pérou, métropole de près de 9 millions d’habitants est une ville vulnérable sur plusieurs plans, qu’ils soient physiques, géologiques, sociaux… Les populations, selon leur localisation ne sont pas exposées aux mêmes risques de vulnérabilité. La capitale péruvienne est située au bord de l’océan Pacifique sur une zone désertique. Elle s’étend sur une superficie de 2 672 km² où se concentrent près de 9 millions d’habitants (un tiers de la population du pays), soit une densité de 3 391 hab./km². La ville se situe sur une zone instable du point de vue sismique. Elle connaît de nombreuses secousses, dont certaines qui furent dévastatrices. Certaines zones de la ville sont soumises à d’importantes érosions au niveau des falaises ou des collines ceinturant la ville, appelées « Cerros ». Depuis les années 1940 la ville connait une forte croissance démographique avec son apogée vers 1960. Cette explosion urbaine (en 1954 on comptait près de 1 300 000 habitants et plus de 6 millions en 1993) (D’Ercole, R. et Sierra, A., 2008, Driant, JC., 1989), a été impulsée par un mouvement migratoire, la population provenant majoritairement des montagnes, puis par un processus de densification. Cette forte croissance démographique a entraîné une importante demande de logements. Cependant, l’Etat n’a pas su mener une politique de logement suffisante, notamment pour la population ayant un faible revenu. Un habitat informel s’est alors développé de manière considérable dans la métropole (Riofrio, G., 2003). Cette forme de logement est aujourd’hui un des principaux éléments de la définition de l’espace urbain de la capitale, et porte le nom d’Asentamientos Humanos (littéralement « établissements humains »). Ils correspondent aux bidonvilles, et étaient anciennement connus sous le nom de Barriadas (1930-40) puis de Pueblos Jovenes (1970). A partir des années 1980, tous les terrains plats et urbanisables ont été occupés et l’occupation de nouvelles terres s’effectua au-delà de la frontière urbaine, sur des terres marginales à la topographie prononcée (Barreda, J. et Corzo Ramirez, D., 2004). Ces zones présentent des risques pour la population en raison d’éboulements et de glissements de terrains possibles. Par son contexte de ville coloniale, la capitale présentait dès son origine (le 18 janvier 1835) des inégalités, notamment une ségrégation entre les colons et les indigènes, qui se répercutait spatialement. Cette situation de ségrégation ancienne a continué à s’implanter dans la capitale au cours du temps. Le contexte urbain de la capitale péruvienne est caractérisé par la présence de deux types d’urbanisation : l’urbanisation conventionnelle qui constitue la partie formelle de la ville, et l’urbanisation informelle (sous la forme des Asentamientos Humanos) située principalement en périphérie lointaine. La dynamique actuelle se porte sur la formalisation et la titularisation de ces terres issues de l’urbanisation informelle. L’objectif, à travers la Commission de Formalisation de la Propriété Informelle (COFOPRI), est de formaliser les quartiers où sont implantés des Asentamientos Humanos et de titulariser progressivement chacun des lots en délivrant des titres de propriétés individuels aux habitants. A l’issue du processus, l’ensemble du quartier est formalisé et fait partie intégrante de la ville conventionnelle.Même si cette politique est inégalitaire et ne permet pas une amélioration directe des logements, elle dénote néanmoins d’un processus d’intégration de ces quartiers dans la ville. Cependant, les dynamiques de ségrégation demeurent. La population vivant dans les Asentamientos Humanos présente une forte vulnérabilité au regard de la population du reste de la ville. Pauvreté, précarité des logements (absence d’électricité, d’eau courante, matériaux fragiles…), niveau d’étude et niveau de qualification bas… sont des paramètres qui caractérisent le logement et la population vivant dans les bidonvilles de Lima.Les espaces de pauvreté sont majoritairement situés en périphérie de la ville, c’est également dans ces zones que se localisent les Asentamientos Humanos. Par ailleurs, une analyse de la ségrégation dans la ville, a montré que les deux groupes les plus ségrégés étaient les Quechuas et les ouvriers. Or, ces deux groupes se localisent principalement en périphérie. Les Asentamientos Humanos sont donc des espaces qui cumulent à la fois pauvreté, précarité et ségrégation.La capitale du Pérou est marquée par de fortes inégalités entre les différentes zones de la ville. Les bidonvilles, où vivent entre 40% et 45% de la population sont des espaces pauvres et dans une certaine mesure ségrégés au regard du reste de la ville. Ils présentent une vulnérabilité sociale importante avec des niveaux de développement peu élevés, mais aussi économique avec une incertitude de l’emploi sur une longue durée. Mais s’ajoute également une vulnérabilité physique liée à la géomorphologie de ces espaces. Ils sont effectivement pour une grande partie situés sur des terrains instables, des versants raides ou sur des sols en érosion. Les habitats très précaires, menacent également de s’écrouler en fonction de divers paramètres (vent, secousse sismique, érosion...). Une partie de la population de Lima, vivant dans les Asentamientos Humanos est donc exposée à de nombreux facteurs de vulnérabilité.

  • French
    Authors: 
    GHEERAERT-GRAFFEUILLE, Claire;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Cet article étudie deux pièces anglaises mettant en scène des femmes soldats, qu’elles se soulèvent contre les hommes (The Lady Errant) ou que, femmes du royaume de la Réforme, elles combattent victorieusement l’armée du royaume de la sédition (Bell in Campo). Dans la première, les objets de l’héroïsme, impuissants à définir un véritable héroïsme féminin, sont tournés en ridicule ; dans la seconde, les heroickesses sont les dernières dépositaires d’un héroïsme dont les hommes ne sont plus capables.

  • French
    Authors: 
    Girard, Frédéric;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • Publication . Part of book or chapter of book . 2016
    Open Access French
    Authors: 
    Françoise Daviet-Taylor;
    Publisher: HAL CCSD

    Dans cette etude consacree au devoilement du concept de Peuple, se dessinent quelques lignes directrices. La valeur d'entier, de totalite liee a celle de "plein" est centrale dans l'histoire de ce nom germanique du peuple, all. volk. La pluralite apparait etre ainsi le fondement, le soubassement de ce mot, ce que l'histoire du mot de meme que sa racine revelent. La valeur d'entier prend la valeur de tout, de puissance, de force, celles-ci etant dues a la cohesion du (grand) nombre. Cette valeur positive peut s'inverser des que la valeur du tout qui fait le nombre se dissout, la valeur devenant negative, pejorative. Le (grand) nombre devient multiple, multitude, se de-fait, des que la finalite de la totalite s'efface (quand les causes, les finalites du regroupement, de la formation de l'entier unique perdent en determination, conviction, clarte). Grimm nous rappelle que la valeur negative, pejorative de peuple, celle d'une multitude, a ete corrigee, dans la seconde moitie du XVIIIe et au XIXe siecle, par le mouvement de la philosophie esthetique et la venue des Romantiques, qui lui reinsufflerent noblesse et grandeur. Se peut-il, des lors, qu'il faille que les finalites ayant conduit a construire ces ensembles, ces totalites, gardent leur pleine visibilite, pour que la totalite garde grandeur et respectabilite ? Et donc qu'elles restent claires a la conscience, a l'esprit de chacun de ceux qui participent a l'ensemble, pour que l'ensemble reste convaincu du bien-fonde de sa raison d'etre ? Se peut-il que le citoyen doive garder cette conscience d'etre un particulier d'un ensemble pour que l'ensemble, la cite, demeure et reste une grandeur positive, grandeur que dit sa lointaine origine ? Que dit le nom latin cīvitās dont provient le francais cite ? Si l'on remonte au-dela du latin cīvitās, c'est a la racine *tēu-, non pas augmentee de -t, mais de *kei-wi, que cīvitās est a rapporter. Et cet "elargissement", *kei-wi, "associe le proche et le lointain"

  • French
    Authors: 
    Jean-Luc Bertrand-Krajewski; Rayan Bouchali; Agnès Bouchez; Elodie Brelot; Claire Brivet; Christophe Dagot; Pascal Di Majo; Adriana Gonzalez-Ospina; Jérôme Labanowski; Yves Lévi; +5 more
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • Open Access French
    Authors: 
    Guillaume Robin;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Aujourd'hui, plus que jamais, le fait sportif est envisagé sous l'angle du développement durable. Ce dernier, qui est autant une perspective ouvrant sur le futur qu'une réalité tangible, fournit l'occasion d'interroger les pratiques sportives. Les activités de pleine nature, qui ont connu un essor spectaculaire, doivent se montrer respectueuses de l'environnement et des activités économiques locales (élevage, agriculture, exploitation forestière, par exemple). Les aménagements pour le sport (les équipements et leur desserte, les structures d'accueil, les sites, les itinéraires) donnent matière à des consignes très précises afin de protéger les lieux. En milieu urbain, les activités sportives, d'intérieur ou de plein air, prennent elles aussi en considération le développement durable. Les comportements des publics de pratiquants (au quotidien, de fin de semaine, en séjour de vacances ou selon d'autres modalités de fréquentation) font l'objet de préconisations précises en appelant à une conduite responsable. La perspective diachronique, prenant en considération différentes époques, de la fin du XIXe siècle à aujourd'hui, et la perspective synchronique, faisant varier les échelles spatiales, ont permis de vérifier si et dans quelle mesure la question du développement durable et de la protection de la nature, à propos du sport, correspondait à une préoccupation de génération(s). A l'articulation de ces deux axes, des configurations caractéristiques ont été étudiées mettant en présence plusieurs catégories d'agents : décideurs politiques et administratifs, responsables associatifs, experts scientifiques, techniciens divers, éducateurs, pratiquants sportifs, etc. En fonction des enjeux et des forces en présence, des lignes de tension, des conflits d'usage, des compromis, des coopérations, des consensus se font jour... Durablement ou non ? La question ne doit jamais être écartée.

Send a message
How can we help?
We usually respond in a few hours.