Advanced search in
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
2 Research products, page 1 of 1

  • Conference object
  • European Commission
  • IPERION CH
  • English
  • Hal-Diderot
  • HAL Descartes
  • Mémoires en Sciences de l'Information et de la Communication

Date (most recent)
arrow_drop_down
  • English
    Authors: 
    Anne Baillot; Marie Puren; Charles Riondet; Dorian Seillier; Laurent Romary;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | PARTHENOS (654119), EC | IPERION CH (654028)

    International audience; Access to high quality Cultural Heritage data and metadata is the condition for reliable, performant and verifiable research in many arts and humanities fields. One of the core challenges of giving access to Cultural Heritage data is often the lack of connection between local GLAM Institutions, infrastructures and research. The initiative we present in this paper addresses this issue by bringing together several supra-national infrastructures. These infrastructures are currently developing a common online environment that will allow all the relevant actors to connect and improve access to Cultural Heritage data. The “Cultural Heritage Data Reuse Charter” offers a comprehensive framework regarding all aspects relevant to cooperations revolving around access to and reuse of Cultural Heritage data.

  • Publication . Conference object . 2016
    English
    Authors: 
    Romary, Laurent; Puren, Marie;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | IPERION CH (654028)

    International audience; Le projet européen Iperion regroupe un ensemble d'acteurs européens offrant des services d'infrastructure pour l'étude du patrimoine matériel sous la forme d'équipements fixes ou mobiles. Ces différents services génèrent potentiellement de grandes quantités de données qu'il est nécessaire de gérer et documenter. En particulier, il semble utile de travailler à la constitution d'un réservoir de telles données qui soit consultable par une large communauté de chercheurs, notamment en sciences humaines. On peut ainsi penser au rôle que peuvent jouer des analyses précises d'une oeuvre pour un historien des arts qui souhaite étudier l'évolution de la technique d'un peintre par exemple. La mise en place d'une telle infrastructure de données réutilisables dans le domaine du patrimoine matériel se heurte cependant à plusieurs difficultés que nous essayons de réduire au sein du projet Iperion. Tout d'abord, il n'est pas nécessairement dans la culture du déploiement des équipements eux-mêmes d'envisager une réutilisation large des données. Le scénario de base est souvent celui d'un chercheur qui va conduire une analyse ciblée d'un objet patrimonial, pour ensuite exploiter lui-même les résultats correspondants et passer à l'analyse suivante, sans se préoccuper d'une réutilisation des données produites. Ensuite, du point de vue des formats de données, on observe l'absence de réels standards de représentation communs aux différents types d'équipements. On se retrouve ainsi à devoir gérer des données propriétaires qui dépendent principalement des constructeurs des équipements. Enfin, se posele problème complexe des droits d'utilisation qui combinent un ensemble de difficultés liées au statut des oeuvres elles-mêmes, aux règles régissant l'équipement, mais aussi à la volonté de partage du chercheur qui a effectué le recueil initial des données. Dans ce cadre, notre objectif est de mettre en place une démarche d'analyse de l'état des lieux et de proposition de principes communs de gestion des données au sein du projet. Il s'agirait ainsi de préfigurer une charte de gestion des données applicable à la future infrastructure européenne E-RIHS, en collaboration avec l'infrastructure numérique DARIAH en sciences humaines. Nous avons ainsi recueilli les réponses des différents partenaires du projet concernant à la fois les modes de gestion des équipements, et le statut des jeux de données disponibles. La variété des réponses obtenues montre déjà que seules des recommandations génériques pourront être produites à l'échelle européenne, et nous esquisserons quelques propositions dans ce sens. Laurent Romary est directeur de recherche à Inria où il mène des recherches dans le domaine des humanités numériques et plus particulièrement sur la modélisation et la représentation de données en sciences humaines et sociales. Depuis plusieurs années, il a contribué à la définition des politiques d'information scientifique du CNRS, de la société Max Planck et d'Inria, où il a contribué notamment à la définition d'une obligation de dépôt en archives ouvertes dans HAL. Il a aussi participé de longue date à la définition et à l'évolution des directives de la TEI (Text Encoding Initiative), notamment comme membre, mais aussi comme président du conseil technique de la TEI, et préside le comité 37 de l'ISO (Organisation international de normalisation). Il dirige l'infrastructure Européenne DARIAH pour le développement de méthodes numériques en sciences humaines et sociales. https://cv.archives-ouvertes.fr/laurentromary

Send a message
How can we help?
We usually respond in a few hours.