Advanced search in
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Subject
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
15 Research products, page 1 of 2

  • Publications
  • Other research products
  • 2018-2022
  • Open Access
  • French
  • Hyper Article en Ligne
  • Hal-Diderot
  • HAL-Lyon 3

10
arrow_drop_down
Relevance
arrow_drop_down
  • Open Access French
    Authors: 
    Rossella Froissart;
    Publisher: HAL CCSD

    Théoricien de l’art, Paul Souriau (1852-1926) a été l’une des figures éminentes des milieux intellectuels nancéens du tournant du XIXe siècle. Dans ses ouvrages majeurs - L’esthétique du mouvement (1889), La suggestion (1893), L’imagination de l’artiste (1901), La beauté rationnelle (1904) – il développe une conception qui doit autant aux esthétiques positivistes et à la « physiologie de l’esprit » de Bernheim qu’à l’œuvre de Gallé, ses deux illustres concitoyens. Souriau structure sa réflexion autour de la formation des images à partir des composantes simples que sont l’arabesque et la tache, convaincu qu’elles traduisent la force vitale présente dans le mouvement et dans la lumière. A l’origine d’une « beauté d’expression », ces éléments ne sont pas un jeu vain de formes, puisqu’ils répondent à une « finalité physiologique et psychologique. Mais c’est pour avoir rendu à l’utilité un rôle central que Souriau a été considéré comme le père d’une « esthétique fonctionnelle » fondée sur le rejet de l’ornement. Cette lecture ne résiste pas à l’examen de La Beauté rationnelle, ouvrage qui doit être compris comme partie d’une esthétique qui reste très fortement attachée aux idéaux morrisiens de valorisation de l’artisanat et à l’ornement rationaliste et organiciste défendu par Gallé. S’il y a une forme de beauté – la « beauté mécanique - produite par la parfaite convenance d’une forme à sa fin, celle-ci déborde largement la stricte utilité, et contribue, avec la « beauté d’expression », à enrichir notre quotidien de stimulations visuelles. Le renversement de la hiérarchie traditionnelle des arts – « beaux-arts » vs « arts appliqués » - s’opère donc à la conjonction de « beauté d’expression » et « beauté mécanique » et comporte l’idée d’une nécessaire réception socialisée des arts.Rêverie esthétique et utilité, loin de former un couple antinomique, deviennent alors les deux termes d’un nouveau rapport à l’objet d’art, intégré à l’univers réenchanté des perceptions, dans sa dimension physiologique, matérielle et technique. The theorist Paul Souriau (1852-1926) was a leading figure in intellectual circles in Nancy at the turn of the 19th century. In his essays on L’esthétique du mouvement (1889), La suggestion (1893), L’imagination de l’artiste (1901) and La beauté rationnelle (1904) he developed original thinking linked with both Hippolyte Bernheim’s “physiology of mind” and the artwork of Emile Gallé. Souriau studied the emergence of images through their most basic components: the arabesque and the coloured mark. He believed that they convey the vital strength present in movement and light. These elements are not an aimless play of patterns, since they are the origin of a “beauty of expression », that corresponds to a “physiological and psychological finality”. Souriau is best known as the father of a « functionalist aesthetic » based on the rejection of ornament. This interpretation of La Beauté rationnelle is partly inaccurate: actually his work is closely linked to the crafts ideals of William Morris, and to rationalist and organicist ornament promoted by Emile Gallé. If there is a kind of beauty –« mechanical beauty » - which is the result of the perfect correlation of form and function, this beauty greatly surpasses strict utility and contributes, together with “beauty of expression”, to the enrichment of our daily lives through visual stimulation. The inversion of the traditional hierarchy – « fine arts » vs « crafts » - is achieved by combining “beauty of expression” and “mechanical beauty”, and thereby evoking the idea of social art.For Souriau aesthetic reverie and utility are not contradictory: they become the two terms associated with a new relationship with artwork, integrated into the modern world of perceptions, in its physiological, material and technical aspect.

  • Open Access French
    Authors: 
    Jouteau, Armance;
    Country: France

    Les grottes ornées sont des espaces naturels extrêmement stables qui ont nécessairement contraint les Préhistoriques à sélectionner et/ou adapter leurs activités souterraines aux caractéristiques du site élu. Comprendre la perception qu’ils avaient dudit site devient alors un élément clé pour en interpréter l’occupation paléolithique. Les simulations numériques sont apparues comme l’outil idéal pour investir la question de la perception paléolithique des cavités ornées. En effet, non seulement ils permettent de reproduire des phénomènes qui ne se conservent pas, tels le son ou la lumière, mais ils produisent, à partir de données entièrement calibrées, des résultats reproductibles. Il est aussi possible d’utiliser des modèles 3D reconstituant la morphologie considérée comme celle connue par les Paléolithiques, pourtant physiquement perdue depuis. Nous nous sommes intéressés aux modalités de l’investissement du monde souterrain par les Hommes du Paléolithique au travers de deux exemples : les grottes ornées de Cussac et de Lascaux (Dordogne), aux contextes archéologiques complémentaires. À Cussac, nous ne bénéficions que d’une portion du modèle 3D et celui-ci reproduit uniquement la morphologie actuelle, mais la présence d’une équipe pluridisciplinaire (PCR Cussac, dir. J. Jaubert) et l’attention portée à sa préservation ont permis d’obtenir des données sur le contexte archéologique. À l’opposé, la grotte de Lascaux a vu une grande partie de ses sols détruits, rendant impossible la contextualisation de nombre de ses vestiges. Cependant, la grotte bénéficie d’une reconstitution 3D complète, retravaillée pour proposer plusieurs états : actuel, de la découverte (en 1940), et lors des incursions paléolithiques (projet MicroPaGO, dir. D. Lacanette). Afin d’analyser l’appréhension du milieu souterrain par les Préhistoriques, nous avons choisi de mettre en place des outils de simulations numériques d’acoustique et d’éclairage. Encore peu utilisés dans l’analyse du contexte karstique, ces outils ont nécessité une approche fondamentalement innovante et rigoureuse avec l’enregistrement d’un maximum de paramètres physiques pour chacune des grottes étudiées. Des expérimentations ont été réalisées afin de reproduire des exemples d’éclairages préhistoriques et d’en mesurer les spectres et éclairements, tandis que pour connaître les facteurs de réflexion des parois et les coefficient d’absorption acoustique des matériaux en jeu, des mesures sur échantillons, et/ou dans des grottes ont été mises en place. Ces paramètres ont ensuite été intégrés aux logiciels Phanie et Icare, permettant respectivement de simuler des éclairages et des sons dans un modèle 3D. Nous avons ainsi pu, par exemple, éprouver la complémentarité entre les lampes à graisse et les torches selon les situations : à Cussac, l’exploration de vastes espaces a pu davantage bénéficier de la forte puissance et de la mobilité des torches tandis qu’à Lascaux, où les parois sont plus réfléchissantes et les espaces moins étendus, l’utilisation de lampes à graisse semble plus efficace. Il a également été possible de montrer l’intérêt de l’écholocalisation dans ce contexte, ou encore d’analyser les qualités acoustiques de la grotte de Cussac qui semble être un lieu particulièrement adapté à la parole, avec une faible réverbérance mais une excellente intelligibilité. Ces quelques exemples, non exhaustifs, nous ont permis de valider l’intérêt des simulations numériques dans la compréhension de la perception, de l’appréhension et de l’occupation de l’espace souterrain par les sociétés préhistoriques. Decorated caves are extremely stable environments that have required Prehistoric People to select and/or to adapt their underground activities to the characteristics of the chosen site. Understanding their perception of the site then becomes a key element in interpreting its Palaeolithic occupation. Numerical simulations have emerged as the ideal tool to explore the question of the Palaeolithic perception of decorated caves. In fact, not only do they make it possible to reproduce phenomena that could not have been preserved, such as sound or light, but they also produce reproducible results from fully calibrated data. It is also possible to use 3D models reproducing a morphology considered to represent the one known by the Palaeolithic, although physically long lost. We decided to investigate the ways in which Palaeolithic People invested the subterranean world in the decorated caves of Cussac and Lascaux (Dordogne), whose archaeological contexts are complementary. In Cussac cave, we only have a portion of the 3D model, and it only reproduces the current morphology, but the presence of a multidisciplinary team (PCR Cussac, dir. J. Jaubert) and the attention paid to its preservation have enabled us to obtain data for the archaeological context, while the Lascaux cave has seen a large part of its grounds destroyed, making it impossible to contextualise many of its artefacts. However, the cave benefits from a complete 3D reconstruction, reworked to offer several states: current, of the discovery (in 1940), and during the Palaeolithic incursions (MicroPaGO project, dir. D. Lacanette). In order to analyse how the Prehistoric People understood the underground environment, we have chosen to set up numerical simulation tools for acoustics and lighting. These tools, still little used in the analysis of the karstic context, required a fundamentally innovative and rigorous approach with the recording of a maximum of physical parameters for each of the caves. Experiments were carried out in order to reproduce examples of prehistoric lighting and to measure its spectra and illuminances. To find out the wall reflection factors or the acoustic absorption coefficient of the materials involved, measurements on samples and/or in caves were carried out. These parameters were incorporated into Phanie and Icare, two software which enable the simulation of lighting and sound in a 3D model, respectively. For example, we were able to test the complementarity between grease lamps and torches depending on the situation: in Cussac, the exploration of large spaces benefited more from the high power and mobility of the torches, while in Lascaux, where the walls are more reflective and the spaces are smaller, the use of grease lamps seemed more efficient. It was also possible to show the interest of echolocation in this context, or to analyse the acoustic qualities of the Cussac cave which seems to be a place particularly suited to speech, with low reverberation but excellent intelligibility. Without any claim of exhaustivity, these examples have enabled us to validate the interest of numerical simulations in understanding the perception, apprehension and occupation of underground space by prehistoric societies.

  • Publication . Other literature type . 2018
    Open Access French
    Authors: 
    Michler, Matthieu;
    Publisher: Société archéologique de l’Est
    Country: France

    Une opération de diagnostic archéologique préventif au 10 rue des Tonneliers à Furdenheim (Bas-Rhin) a permis de découvrir une occupation de la fin du Bronze moyen (Bronze C2 de la chronologie allemande). Le mobilier céramique provenant de quatre structures permet de documenter cette phase chronologique en Alsace. Une fosse a livré, outre de la céramique commune, une tasse et quatre gobelets décorés d’incisions. Le profil plutôt arrondi et les décors incisés sont caractéristiques des productions régionales. An archaeological survey carried out at 10 rue des Tonneliers in Furdenheim (Bas-Rhin) revealed a settlement from the end of the Middle Bronze Age (Bronzezeit C2 of the German chronology). The ceramic artefacts from four pits document this in Alsace. Aside from the common ceramics, one pit has delivered four cups, three of which are decorated with incisions. The rather round profile and the incised decoration of this ceramic ware characterize the regional productions. Durch bauvorgreifende Sondagen auf dem Grundstück „10 rue des Tonneliers“ in Furdenheim (Unterelsass) konnte eine Besiedlung während dem Ende der mittleren Bronzezeit (C2) nachgewiesen werden. Die aus vier Befunden stammende Keramik dokumentiert diese Stufe im Elsass gut. Eine Grube enthielt neben Grobkeramik vier Tassen von denen drei eingeritzte Verzierungen tragen. Die vorwiegend runden Profile und die Ritzverzierungen sind typisch für die regionalen Produktionen.

  • Publication . Part of book or chapter of book . Book . 2022
    Open Access French
    Authors: 
    Guétin, Marie-Laure;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Notre étude s’attachera à exposer une proposition théorique centrée sur la notion de décor-écran, perçue comme une modalité de projection entre texte et image, et plus largement comme une rencontre inattendue, et plus encore souterraine, entre cinéma et littérature. Il s’agit de concevoir les décors-écrans sous l’angle d’une double frontière qu’ils posent : une frontière transversale entre cinéma et littérature ; et une frontière plus métaphysique – avec un au-delà, ou quelque chose de cet or...

  • Open Access French
    Authors: 
    Dermech, Sarah;
    Publisher: HAL CCSD

    Ce travail explore l’utilisation des couleurs à la fin de la préhistoire au Proche-Orient, incluant le Levant Nord et Sud, les Hautes vallées et la Mésopotamie, de la fin de l’Epipaléolithique à la fin du Chalcolithique (env. 12000-3000 av. J. C.). Cette longue période témoigne d’innovations techniques et d’évolutions sociales inédites : sédentarisation, développement de l’agriculture et de l’élevage, invention de la céramique et urbanisation. Notre objectif a été d’explorer la manière dont ces différentes cultures ont mis en œuvre les couleurs en contexte architectural et funéraire. Quels sont les rapports que ces sociétés entretiennent avec les matériaux colorés et les matières colorantes, locaux ou importés ? Quels sont les changements observés dans l’utilisation des couleurs ? Qu’expriment ces changements ? Peut-on les mettre en relation, et de quelle manière, avec les évolutions technologiques et sociales propres à chaque période et culture ? Est-il possible de reconnaitre des systèmes et des dynamiques à différentes échelles — site, région, culture – et sur le temps long ? L’approche diachronique et la mise en perspective des résultats sur plusieurs millénaires montrent une utilisation dynamique des couleurs, variant selon les périodes et les aires géographiques, et apportent un nouvel éclairage à la compréhension des sociétés de la fin de la préhistoire en Orient. This study focuses on the use of colors during the last stages of prehistory in the Near East, encompassing the Northern and Southern Levant, the Upper Tigris and Euphrates valleys and Mesopotamia, from the end of the Epipalaeolithic to the end of the Chalcolithic (ca. 12000-3000 cal. BC).This long period witnessed technical innovations and unprecedented social evolutions : sedentarization, development of agriculture and herding, invention of pottery and urbanization. Our aim was to explore how these different cultures have implemented colors in their architecture and their burials. What are these societies’ relationships to colored materials, local or imported ? How the use of colours changes ? What does it tell us about these societies ? Can we -and how- correlate them with technical and social developments specific to each culture ? Is it possible to recognize systems and dynamics at different scales – site, region, culture – and over the long term ? Data have been synthetized according a diachronic approach and put into perspective over several millennia. They show a dynamic use of colors, varying according to periods and geographical areas, and bring a new light to the understanding of these societies at the end of prehistory in the Near East.

  • Publication . Article . Other literature type . 2018
    Open Access French
    Authors: 
    Adam, Anne-Marie;
    Publisher: HAL CCSD

    Les résidences aristocratiques identifiées en milieu celtique illustrent la recherche d’un cadre de vie luxueux, apte à refléter le prestige de leurs occupants. Sans oublier que le luxe est une notion relative et que nous avons affaire à des architectures de bois, la monumentalité de certaines constructions et le soin apporté à leur décor sont indéniables. Concernant les aménagements intérieurs de ces résidences, les sourcesarchéologiques directes sont quasiment inexistantes. Mais on dispose de sources indirectes iconographiques, dans l’art des Situles, et archéologiques, avec l’aménagement de certains espaces funéraires, qui semblent reproduire des intérieurs luxueux. On peut se demander s’il est légitime de considérer ces dispositifs funéraires comme le reflet fidèle du cadre de vie des vivants, ce qui amène à s’interroger sur le statut et la fonction desobjets déposés dans la sépulture. The aristocratic residences identified in the Celtic world illustrate the search for luxury living conditions that reflect the prestige of their occupants. While luxury is a relative concept and the buildings we are dealing with are wooden structures, the monumentality of certain constructions and the care taken in their decoration are undeniable. Regarding the interior design of these residences, direct archaeological sources are almost non-existent; however, indirect sources of iconography (in the art of Situles) and of archaeology (with the development of certain funerary spaces) seem to reproduce luxurious interiors. We therefore can consider whether it is possible to view these funerary devices as a faithful reflection of the actual living conditions, thusraising the question of the status and function of objects deposited in burial sites.

  • Open Access French
    Authors: 
    Peerapornpisal, Supamon;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Aujourd’hui de nombreuses recherches sont menées sur les différents types de demeure aristocratiques. Notre étude porte sur un important corpus de résidences seigneuriales datées du XIIIe au XVIe siècle en Viennois et Grésivaudan ; quatre-vingts douze sites ont été rassemblés à partir, d’une part, de la recherche documentaire dans les archives, les bibliothèques et les centres de documentation, et d’autre part, de visites sur le terrain. Ce travail s’attache aux différents types de décors : les décors architecturaux, figuratifs, sculptés et peints. L’objectif de notre recherche est d’établir un corpus de résidences seigneuriales permettant d’étudier l’approche décorative intégrale des sites, ce qui permet un travail de recherche inédit. Le château et la maison forte subsistent encore de nos jours en grand nombre avec d’importants éléments architecturaux en place. La ressemblance entre les caractères architecturaux de ces deux catégories d’habitations assure un nombre suffisant de sites à étudier. Et la distinction de statut entre le château et la maison forte autorise des comparaisons intéressantes au niveau du décor. Le Dauphiné présente un grand nombre de résidences seigneuriales. Le territoire du Grésivaudan est connu comme étant une région propice à l’installation des habitants grâce aux terres fertiles des massifs de la Chartreuse et de la Belledonne. Quant au Viennois, son riche aspect géographique permet de trouver une grande variété de sites. Par ailleurs, l’histoire du Dauphiné démontre une longue période de dépendance du territoire où plusieurs comtes se sont succédés. La politique des conquêtes a permis d’étendre le territoire et de faire face aux ennemis. Notre recherche se concentre sur une période étendue allant du XIIIe au XVIe siècle. Elle inclut donc l’époque médiévale marquée par peu de changements dans les domaines économique et social en Europe occidentale du fait de la succession des guerres et des épidémies. Ceci ne signifie pas que cette période ait connu un recul mais qu’une faible mutation sociale influencée par la religion s’est produite. Cela se reflète dans le développement du domaine artistique. Notre recherche inclut également la période de mutation de la fin du Moyen-Âge et du début de la Renaissance. Ce moment se caractérise par la combinaison de l’art antiquisant et d’un nouveau courant artistique. Au travers de notre recherche, nous recherchons une possible évolution de l’approche décorative de l’habitat noble. L’étude de l’approche décorative des résidences seigneuriales nous permet de mieux appréhender les caractéristiques des décors aussi bien architecturaux que figuratifs. Les éléments architecturaux, sur lesquelles nous avons porté notre attention, comprennent les portes, fenêtres et coussièges, les tourelles en surplomb, les échauguettes, bretèches, meurtrières et cheminées. Les autres décors que nous avons examinés sont les décors figuratifs qui se composent des motifs peints et des peintures murales ainsi que des motifs et figures sculptées. Nous avons pu constater par nos études que toutes les formes de conception décorative (le décor architectural et le décor figuratif) possèdent la structure simple au début de la période étudiée (XIIIe siècle), puis cette forme élémentaire se développe de manière plus compliquée au cours du temps en particulier le décor peint. Nous constatons ainsi une évolution stylistique des décors. En outre, trois types des éléments décorés ; portes, fenêtres et cheminées montrent une ressemblance stylistique. Il s’agit du travail de moulure sur les linteaux, les encadrements et les bases de ces éléments et la présence d’écus armoriés symbolisant l’appartenance du site à une famille ou une personnalité. Ceci permet d’affirmer que ces décors sont caractéristiques de l’époque étudiée. Quant au décor figuratif, l’apparition de différentes figures autorise une dimension plus approfondie au travers d’une présentation narrative.... There are nowadays many studies about aristocratic houses and their decoration. This study on decoration was achieved from the huge corpus of seignorial residences dated between the 13th and the 16th Centuries in the region of Viennois and Grésivaudan where a number of seignorial residences was found. Fifty-three selected sites gathered from a wide investigation were organized in two ways: firstly by documentary research in the archives, the libraries and the center of document resource, secondly by intervention in the studied area. This research focused on different categories of decoration: architectural, figurative, sculptural and painted decor. The research aims to establish the corpus of seigniorial residences which will enable it to study the entire decorative aspect of the selected sites. This will also allow for a new perspective of aristocratic house research.The castles and the fortified manor houses are known today as the existing aristocratic accommodation, which are in quite a large number and are unique in their architectural elements. The similarity of the two seignorial residences lies in their architectural characteristics. The quantity of them allows for an extension of the research framework for determining a sufficient number in terms of the studied sites. On the contrary, the difference of status between the castles and the fortified manor houses permits a comparison of their decorative aspects. Le Dauphiné has a great number of seignorial residences. The territory of Grésivaudan has been recognized for suitable settlement with fertile land in the mountains of Chartreuse and Belledonne. As for Viennois, this territory has a geographical variation which caused different characteristics of houses. Moreover, the history of Dauphiné presents a long period of independence with the succession of several Counts. The conquest policy was applied for defending the enemies in the surrounding areas and also for conquering more land. A great number of seignorial residences was included in this research. The study period from the 13th to the 16th Centuries is known as the transitional time from the end of the Middle Ages to the beginning of the Renaissance, there were many changes in different domains. These changes reflect the evolution of the decoration of aristocratic houses. The study of decoration of the respective seignorial residences will enable us to learn about the characteristics of the architectural and figurative decoration. Understanding the architectural decor involves a study of the architectural elements: doors, windows, turrets, watch-turrets, brattices, arrow holes and chimneys. The figurative decoration means a study of figurative presentation. The elements concerned are painting motifs and mural painting, sculptural motifs and figures. Molding in architectural decor emphasizes the structure of decorative elements. The frames of the doors and windows can be noticed by volumetric and symmetrical effects which can be seen on the lintel and the lower part of the frames of the structure. The appearance of sculpted shields above the doors and windows help complete the decorative aspect of the elements. The chimney has the same decorative effect but the molded decor would be on the upper part and the corbel or side posts. As for the figurative decoration, the presence of different figures like trees, animals, men create an in-depth dimension and more narration or a narrative scene. The painting motifs and the mural painting form a narrative which show a series of pictures which tell the sequence of an event or several successive scenes. Besides, as the corpus of the research assembles a great number of several types of decoration dating from 13th to 16th Centuries, it consequently reflects a stylistic evolution of decorative elements...

  • Publication . Part of book or chapter of book . Book . Other literature type . 2020
    Open Access French
    Authors: 
    Claudine Allag;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Le site gallo-romain de Sanxay, l’un des plus spectaculaires du Poitou, offre encore aujourd’hui un vaste théâtre, des thermes imposants, un sanctuaire au plan en forme de croix grecque. Les sondages récents n’ont révélé que peu de vestiges des revêtements peints ou stuqués. Mais dans les années 1880, les travaux du père Camille de La Croix en avaient fourni un certain nombre, en place ou fragmentaires. L’exploitation des archives (dessins et notes), des publications anciennes et de vestiges peu connus dans les réserves du musée Sainte-Croix à Poitiers nous a permis d’avancer un peu l’enquête : la décoration de quelques salles thermales nous est mieux connue, et le décor à réseau d’une voûte a pu être restitué. The Gallo-Roman site of Sanxay is one of the most spectacular in Poitou, with a vast theatre, an impressive baths complex, and a sanctuary with the plan of a Greek cross. Recent investigation has revealed that only a few painted or stuccoed linings have survived but in the 1880s the studies carried out by Père Camille de La Croix turned up a certain number, either in situ or fragmentary. Consultation of drawings and notes, ancient publications and little-known remnants in the deposits of the musée Sainte-Croix in Poitiers has furthered our knowledge : we now have a better understanding of the decoration in several rooms of the baths complex and the repeat-pattern decoration of a vault has been reproduced. Der gallo-römische Fundplatz von Sanxay ist einer der spektakulärsten des Poitou. Noch heute sind ein großes Theater und imposante Thermen zu sehen sowie ein Heiligtum, dessen Grundriss ein griechisches Kreuz beschreibt. Die neueren Sondierungsgrabungen haben zwar kaum Reste von Wandmalereien oder Stuck geliefert, doch bei den Ausgrabungen des Paters Camille de La Croix um 1880 waren solche Dekore zutage gekommen, entweder in situ oder in Form von Fragmenten. Die Auswertung der Archive (Zeichnungen und Notizen), alter Publikationen und recht unbekannter Reste in den Reserven des Musée Sainte-Croix in Poitiers haben die Untersuchung etwas weitergebracht : über die Ausschmückung einiger Säle der Thermen sind wir nun besser informiert, zudem konnte das Gitterwerk eines Gewölbes rekonstruiert werden.

  • Open Access French
    Authors: 
    Clothilde Roullier;
    Publisher: Ministère de la Culture et de la Communication
    Country: France

    Cet article a pour objectif de poser quelques jalons dans un champ de recherche encore très peu exploré : l’identification des sources archivistiques relatives aux décors des administrations étatiques, régionales, départementales et communales depuis 1945 jusqu’à nos jours. Dans la mesure où il n’y a pas de spécificité, du point de vue de l’action administrative, du décor dévolu à l’administration, les sources ne sont pas immédiatement données ni visibles. Il faut parvenir à dégager de la masse archivistique les dossiers concernant le sujet. Ce repérage s’effectue à partir du relevé des lieux d’installation des œuvres qui, pour certaines, ne sont d’ailleurs plus en place, qu’elles aient été déplacées ou, de façon plus regrettable, détruites. Au terme de cette recherche pionnière qui croise les sources entre les différents échelons de l’administration sur le territoire, il apparaît que les fonds conservés dans les services d’archives publiques pourraient permettre une étude de plus grande ampleur sur le sujet. À l’exploitation de ces sources produites par des personnes publiques, il conviendrait d’ajouter, lorsqu’ils sont répertoriés et accessibles, celle des fonds d’archives privés des artistes et des architectes. This article proposes a few lines of documentary research in a field that is practically unexplored: the identification of archival sources relating to works of art in state, regional, departmental and communal administrations from 1945 up to the present day. Since there is no specific administrative service charged with the decoration of these administration buildings, the sources are not easily identifiable or visible. Within large archival holdings it is necessary to identify the files of particular interest for the subject. This identification is based on a survey of the places where the works are installed, although some of them are no longer in place and some, sadly, have been destroyed. At the end of our preliminary research that analyses the sources at different levels of administration in the territory, it appears that the papers available in the public archive services could allow for a larger study on the subject. To these sources produced by public entities, and in the cases where they are catalogued and accessible, the private archives of artists and architects can be added.

  • Open Access French
    Authors: 
    Stéphanie Brouillet;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Les porcelaines adoptant des formes de bronze antiques et une couverte imitant le bronze et ses oxydations sont caractéristiques du règne de l’empereur Qianlong (1735-1795) de la dynastie Qing. Ces pièces témoignent de l’importance des bronzes antiques, référence culturelle, sociale, politique et artistique incontournable sous un Empereur soucieux d’inscrire son règne dans la succession des dynasties chinoises en valorisant les productions du passé et en leur rendant hommage via des créations contemporaines qui s’en inspirent. Les faux bronzes en porcelaine sont aussi le reflet du contrôle que Qialong exerçait sur la production artistique chinoise, et de son goût pour le trompe-l’œil dans les arts décoratifs. Porcelains adopting the form of ancient bronzes and their cover imitating bronze and its oxidations are characteristic of the Qianlong period (1735-1795). They are proof of the importance of ancient bronzes – a cultural, social, political, and artistic reference under Qianlong’s reign. The Emperor was eager to prove its reign to be part of the Chinese dynasties by shedding light on older productions and paying them tribute through contemporary creations. These fake bronzes in porcelain also reflect the way Qianlong controlled every aspect of the artistic production, and his love of “trompe-l’oeil” in the decorative arts. La porcelana con forma de bronce antiguo y esmalte que imita al bronce y su oxidación es propia del reinado del emperador Qianlong (1735-1795) de la dinastía Qing. Aquellas piezas dan testimonio de la importancia de los bronces antiguos, referencia cultural, social, política y artística ineludible para un Emperador ansioso por inscribir su reinado en la sucesión de las dinastías chinas, y valorar las producciones del pasado homenajeándolas a través de creaciones contemporáneas inspiradas en ellas. Asimismo, los bronces falsos de porcelana ponen de realce el control de Qialong sobre la producción artística china y su afición al trompe l’œil en las artes decorativas.

Advanced search in
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Subject
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
15 Research products, page 1 of 2
  • Open Access French
    Authors: 
    Rossella Froissart;
    Publisher: HAL CCSD

    Théoricien de l’art, Paul Souriau (1852-1926) a été l’une des figures éminentes des milieux intellectuels nancéens du tournant du XIXe siècle. Dans ses ouvrages majeurs - L’esthétique du mouvement (1889), La suggestion (1893), L’imagination de l’artiste (1901), La beauté rationnelle (1904) – il développe une conception qui doit autant aux esthétiques positivistes et à la « physiologie de l’esprit » de Bernheim qu’à l’œuvre de Gallé, ses deux illustres concitoyens. Souriau structure sa réflexion autour de la formation des images à partir des composantes simples que sont l’arabesque et la tache, convaincu qu’elles traduisent la force vitale présente dans le mouvement et dans la lumière. A l’origine d’une « beauté d’expression », ces éléments ne sont pas un jeu vain de formes, puisqu’ils répondent à une « finalité physiologique et psychologique. Mais c’est pour avoir rendu à l’utilité un rôle central que Souriau a été considéré comme le père d’une « esthétique fonctionnelle » fondée sur le rejet de l’ornement. Cette lecture ne résiste pas à l’examen de La Beauté rationnelle, ouvrage qui doit être compris comme partie d’une esthétique qui reste très fortement attachée aux idéaux morrisiens de valorisation de l’artisanat et à l’ornement rationaliste et organiciste défendu par Gallé. S’il y a une forme de beauté – la « beauté mécanique - produite par la parfaite convenance d’une forme à sa fin, celle-ci déborde largement la stricte utilité, et contribue, avec la « beauté d’expression », à enrichir notre quotidien de stimulations visuelles. Le renversement de la hiérarchie traditionnelle des arts – « beaux-arts » vs « arts appliqués » - s’opère donc à la conjonction de « beauté d’expression » et « beauté mécanique » et comporte l’idée d’une nécessaire réception socialisée des arts.Rêverie esthétique et utilité, loin de former un couple antinomique, deviennent alors les deux termes d’un nouveau rapport à l’objet d’art, intégré à l’univers réenchanté des perceptions, dans sa dimension physiologique, matérielle et technique. The theorist Paul Souriau (1852-1926) was a leading figure in intellectual circles in Nancy at the turn of the 19th century. In his essays on L’esthétique du mouvement (1889), La suggestion (1893), L’imagination de l’artiste (1901) and La beauté rationnelle (1904) he developed original thinking linked with both Hippolyte Bernheim’s “physiology of mind” and the artwork of Emile Gallé. Souriau studied the emergence of images through their most basic components: the arabesque and the coloured mark. He believed that they convey the vital strength present in movement and light. These elements are not an aimless play of patterns, since they are the origin of a “beauty of expression », that corresponds to a “physiological and psychological finality”. Souriau is best known as the father of a « functionalist aesthetic » based on the rejection of ornament. This interpretation of La Beauté rationnelle is partly inaccurate: actually his work is closely linked to the crafts ideals of William Morris, and to rationalist and organicist ornament promoted by Emile Gallé. If there is a kind of beauty –« mechanical beauty » - which is the result of the perfect correlation of form and function, this beauty greatly surpasses strict utility and contributes, together with “beauty of expression”, to the enrichment of our daily lives through visual stimulation. The inversion of the traditional hierarchy – « fine arts » vs « crafts » - is achieved by combining “beauty of expression” and “mechanical beauty”, and thereby evoking the idea of social art.For Souriau aesthetic reverie and utility are not contradictory: they become the two terms associated with a new relationship with artwork, integrated into the modern world of perceptions, in its physiological, material and technical aspect.

  • Open Access French
    Authors: 
    Jouteau, Armance;
    Country: France

    Les grottes ornées sont des espaces naturels extrêmement stables qui ont nécessairement contraint les Préhistoriques à sélectionner et/ou adapter leurs activités souterraines aux caractéristiques du site élu. Comprendre la perception qu’ils avaient dudit site devient alors un élément clé pour en interpréter l’occupation paléolithique. Les simulations numériques sont apparues comme l’outil idéal pour investir la question de la perception paléolithique des cavités ornées. En effet, non seulement ils permettent de reproduire des phénomènes qui ne se conservent pas, tels le son ou la lumière, mais ils produisent, à partir de données entièrement calibrées, des résultats reproductibles. Il est aussi possible d’utiliser des modèles 3D reconstituant la morphologie considérée comme celle connue par les Paléolithiques, pourtant physiquement perdue depuis. Nous nous sommes intéressés aux modalités de l’investissement du monde souterrain par les Hommes du Paléolithique au travers de deux exemples : les grottes ornées de Cussac et de Lascaux (Dordogne), aux contextes archéologiques complémentaires. À Cussac, nous ne bénéficions que d’une portion du modèle 3D et celui-ci reproduit uniquement la morphologie actuelle, mais la présence d’une équipe pluridisciplinaire (PCR Cussac, dir. J. Jaubert) et l’attention portée à sa préservation ont permis d’obtenir des données sur le contexte archéologique. À l’opposé, la grotte de Lascaux a vu une grande partie de ses sols détruits, rendant impossible la contextualisation de nombre de ses vestiges. Cependant, la grotte bénéficie d’une reconstitution 3D complète, retravaillée pour proposer plusieurs états : actuel, de la découverte (en 1940), et lors des incursions paléolithiques (projet MicroPaGO, dir. D. Lacanette). Afin d’analyser l’appréhension du milieu souterrain par les Préhistoriques, nous avons choisi de mettre en place des outils de simulations numériques d’acoustique et d’éclairage. Encore peu utilisés dans l’analyse du contexte karstique, ces outils ont nécessité une approche fondamentalement innovante et rigoureuse avec l’enregistrement d’un maximum de paramètres physiques pour chacune des grottes étudiées. Des expérimentations ont été réalisées afin de reproduire des exemples d’éclairages préhistoriques et d’en mesurer les spectres et éclairements, tandis que pour connaître les facteurs de réflexion des parois et les coefficient d’absorption acoustique des matériaux en jeu, des mesures sur échantillons, et/ou dans des grottes ont été mises en place. Ces paramètres ont ensuite été intégrés aux logiciels Phanie et Icare, permettant respectivement de simuler des éclairages et des sons dans un modèle 3D. Nous avons ainsi pu, par exemple, éprouver la complémentarité entre les lampes à graisse et les torches selon les situations : à Cussac, l’exploration de vastes espaces a pu davantage bénéficier de la forte puissance et de la mobilité des torches tandis qu’à Lascaux, où les parois sont plus réfléchissantes et les espaces moins étendus, l’utilisation de lampes à graisse semble plus efficace. Il a également été possible de montrer l’intérêt de l’écholocalisation dans ce contexte, ou encore d’analyser les qualités acoustiques de la grotte de Cussac qui semble être un lieu particulièrement adapté à la parole, avec une faible réverbérance mais une excellente intelligibilité. Ces quelques exemples, non exhaustifs, nous ont permis de valider l’intérêt des simulations numériques dans la compréhension de la perception, de l’appréhension et de l’occupation de l’espace souterrain par les sociétés préhistoriques. Decorated caves are extremely stable environments that have required Prehistoric People to select and/or to adapt their underground activities to the characteristics of the chosen site. Understanding their perception of the site then becomes a key element in interpreting its Palaeolithic occupation. Numerical simulations have emerged as the ideal tool to explore the question of the Palaeolithic perception of decorated caves. In fact, not only do they make it possible to reproduce phenomena that could not have been preserved, such as sound or light, but they also produce reproducible results from fully calibrated data. It is also possible to use 3D models reproducing a morphology considered to represent the one known by the Palaeolithic, although physically long lost. We decided to investigate the ways in which Palaeolithic People invested the subterranean world in the decorated caves of Cussac and Lascaux (Dordogne), whose archaeological contexts are complementary. In Cussac cave, we only have a portion of the 3D model, and it only reproduces the current morphology, but the presence of a multidisciplinary team (PCR Cussac, dir. J. Jaubert) and the attention paid to its preservation have enabled us to obtain data for the archaeological context, while the Lascaux cave has seen a large part of its grounds destroyed, making it impossible to contextualise many of its artefacts. However, the cave benefits from a complete 3D reconstruction, reworked to offer several states: current, of the discovery (in 1940), and during the Palaeolithic incursions (MicroPaGO project, dir. D. Lacanette). In order to analyse how the Prehistoric People understood the underground environment, we have chosen to set up numerical simulation tools for acoustics and lighting. These tools, still little used in the analysis of the karstic context, required a fundamentally innovative and rigorous approach with the recording of a maximum of physical parameters for each of the caves. Experiments were carried out in order to reproduce examples of prehistoric lighting and to measure its spectra and illuminances. To find out the wall reflection factors or the acoustic absorption coefficient of the materials involved, measurements on samples and/or in caves were carried out. These parameters were incorporated into Phanie and Icare, two software which enable the simulation of lighting and sound in a 3D model, respectively. For example, we were able to test the complementarity between grease lamps and torches depending on the situation: in Cussac, the exploration of large spaces benefited more from the high power and mobility of the torches, while in Lascaux, where the walls are more reflective and the spaces are smaller, the use of grease lamps seemed more efficient. It was also possible to show the interest of echolocation in this context, or to analyse the acoustic qualities of the Cussac cave which seems to be a place particularly suited to speech, with low reverberation but excellent intelligibility. Without any claim of exhaustivity, these examples have enabled us to validate the interest of numerical simulations in understanding the perception, apprehension and occupation of underground space by prehistoric societies.

  • Publication . Other literature type . 2018
    Open Access French
    Authors: 
    Michler, Matthieu;
    Publisher: Société archéologique de l’Est
    Country: France

    Une opération de diagnostic archéologique préventif au 10 rue des Tonneliers à Furdenheim (Bas-Rhin) a permis de découvrir une occupation de la fin du Bronze moyen (Bronze C2 de la chronologie allemande). Le mobilier céramique provenant de quatre structures permet de documenter cette phase chronologique en Alsace. Une fosse a livré, outre de la céramique commune, une tasse et quatre gobelets décorés d’incisions. Le profil plutôt arrondi et les décors incisés sont caractéristiques des productions régionales. An archaeological survey carried out at 10 rue des Tonneliers in Furdenheim (Bas-Rhin) revealed a settlement from the end of the Middle Bronze Age (Bronzezeit C2 of the German chronology). The ceramic artefacts from four pits document this in Alsace. Aside from the common ceramics, one pit has delivered four cups, three of which are decorated with incisions. The rather round profile and the incised decoration of this ceramic ware characterize the regional productions. Durch bauvorgreifende Sondagen auf dem Grundstück „10 rue des Tonneliers“ in Furdenheim (Unterelsass) konnte eine Besiedlung während dem Ende der mittleren Bronzezeit (C2) nachgewiesen werden. Die aus vier Befunden stammende Keramik dokumentiert diese Stufe im Elsass gut. Eine Grube enthielt neben Grobkeramik vier Tassen von denen drei eingeritzte Verzierungen tragen. Die vorwiegend runden Profile und die Ritzverzierungen sind typisch für die regionalen Produktionen.

  • Publication . Part of book or chapter of book . Book . 2022
    Open Access French
    Authors: 
    Guétin, Marie-Laure;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Notre étude s’attachera à exposer une proposition théorique centrée sur la notion de décor-écran, perçue comme une modalité de projection entre texte et image, et plus largement comme une rencontre inattendue, et plus encore souterraine, entre cinéma et littérature. Il s’agit de concevoir les décors-écrans sous l’angle d’une double frontière qu’ils posent : une frontière transversale entre cinéma et littérature ; et une frontière plus métaphysique – avec un au-delà, ou quelque chose de cet or...

  • Open Access French
    Authors: 
    Dermech, Sarah;
    Publisher: HAL CCSD

    Ce travail explore l’utilisation des couleurs à la fin de la préhistoire au Proche-Orient, incluant le Levant Nord et Sud, les Hautes vallées et la Mésopotamie, de la fin de l’Epipaléolithique à la fin du Chalcolithique (env. 12000-3000 av. J. C.). Cette longue période témoigne d’innovations techniques et d’évolutions sociales inédites : sédentarisation, développement de l’agriculture et de l’élevage, invention de la céramique et urbanisation. Notre objectif a été d’explorer la manière dont ces différentes cultures ont mis en œuvre les couleurs en contexte architectural et funéraire. Quels sont les rapports que ces sociétés entretiennent avec les matériaux colorés et les matières colorantes, locaux ou importés ? Quels sont les changements observés dans l’utilisation des couleurs ? Qu’expriment ces changements ? Peut-on les mettre en relation, et de quelle manière, avec les évolutions technologiques et sociales propres à chaque période et culture ? Est-il possible de reconnaitre des systèmes et des dynamiques à différentes échelles — site, région, culture – et sur le temps long ? L’approche diachronique et la mise en perspective des résultats sur plusieurs millénaires montrent une utilisation dynamique des couleurs, variant selon les périodes et les aires géographiques, et apportent un nouvel éclairage à la compréhension des sociétés de la fin de la préhistoire en Orient. This study focuses on the use of colors during the last stages of prehistory in the Near East, encompassing the Northern and Southern Levant, the Upper Tigris and Euphrates valleys and Mesopotamia, from the end of the Epipalaeolithic to the end of the Chalcolithic (ca. 12000-3000 cal. BC).This long period witnessed technical innovations and unprecedented social evolutions : sedentarization, development of agriculture and herding, invention of pottery and urbanization. Our aim was to explore how these different cultures have implemented colors in their architecture and their burials. What are these societies’ relationships to colored materials, local or imported ? How the use of colours changes ? What does it tell us about these societies ? Can we -and how- correlate them with technical and social developments specific to each culture ? Is it possible to recognize systems and dynamics at different scales – site, region, culture – and over the long term ? Data have been synthetized according a diachronic approach and put into perspective over several millennia. They show a dynamic use of colors, varying according to periods and geographical areas, and bring a new light to the understanding of these societies at the end of prehistory in the Near East.

  • Publication . Article . Other literature type . 2018
    Open Access French
    Authors: 
    Adam, Anne-Marie;
    Publisher: HAL CCSD

    Les résidences aristocratiques identifiées en milieu celtique illustrent la recherche d’un cadre de vie luxueux, apte à refléter le prestige de leurs occupants. Sans oublier que le luxe est une notion relative et que nous avons affaire à des architectures de bois, la monumentalité de certaines constructions et le soin apporté à leur décor sont indéniables. Concernant les aménagements intérieurs de ces résidences, les sourcesarchéologiques directes sont quasiment inexistantes. Mais on dispose de sources indirectes iconographiques, dans l’art des Situles, et archéologiques, avec l’aménagement de certains espaces funéraires, qui semblent reproduire des intérieurs luxueux. On peut se demander s’il est légitime de considérer ces dispositifs funéraires comme le reflet fidèle du cadre de vie des vivants, ce qui amène à s’interroger sur le statut et la fonction desobjets déposés dans la sépulture. The aristocratic residences identified in the Celtic world illustrate the search for luxury living conditions that reflect the prestige of their occupants. While luxury is a relative concept and the buildings we are dealing with are wooden structures, the monumentality of certain constructions and the care taken in their decoration are undeniable. Regarding the interior design of these residences, direct archaeological sources are almost non-existent; however, indirect sources of iconography (in the art of Situles) and of archaeology (with the development of certain funerary spaces) seem to reproduce luxurious interiors. We therefore can consider whether it is possible to view these funerary devices as a faithful reflection of the actual living conditions, thusraising the question of the status and function of objects deposited in burial sites.

  • Open Access French
    Authors: 
    Peerapornpisal, Supamon;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Aujourd’hui de nombreuses recherches sont menées sur les différents types de demeure aristocratiques. Notre étude porte sur un important corpus de résidences seigneuriales datées du XIIIe au XVIe siècle en Viennois et Grésivaudan ; quatre-vingts douze sites ont été rassemblés à partir, d’une part, de la recherche documentaire dans les archives, les bibliothèques et les centres de documentation, et d’autre part, de visites sur le terrain. Ce travail s’attache aux différents types de décors : les décors architecturaux, figuratifs, sculptés et peints. L’objectif de notre recherche est d’établir un corpus de résidences seigneuriales permettant d’étudier l’approche décorative intégrale des sites, ce qui permet un travail de recherche inédit. Le château et la maison forte subsistent encore de nos jours en grand nombre avec d’importants éléments architecturaux en place. La ressemblance entre les caractères architecturaux de ces deux catégories d’habitations assure un nombre suffisant de sites à étudier. Et la distinction de statut entre le château et la maison forte autorise des comparaisons intéressantes au niveau du décor. Le Dauphiné présente un grand nombre de résidences seigneuriales. Le territoire du Grésivaudan est connu comme étant une région propice à l’installation des habitants grâce aux terres fertiles des massifs de la Chartreuse et de la Belledonne. Quant au Viennois, son riche aspect géographique permet de trouver une grande variété de sites. Par ailleurs, l’histoire du Dauphiné démontre une longue période de dépendance du territoire où plusieurs comtes se sont succédés. La politique des conquêtes a permis d’étendre le territoire et de faire face aux ennemis. Notre recherche se concentre sur une période étendue allant du XIIIe au XVIe siècle. Elle inclut donc l’époque médiévale marquée par peu de changements dans les domaines économique et social en Europe occidentale du fait de la succession des guerres et des épidémies. Ceci ne signifie pas que cette période ait connu un recul mais qu’une faible mutation sociale influencée par la religion s’est produite. Cela se reflète dans le développement du domaine artistique. Notre recherche inclut également la période de mutation de la fin du Moyen-Âge et du début de la Renaissance. Ce moment se caractérise par la combinaison de l’art antiquisant et d’un nouveau courant artistique. Au travers de notre recherche, nous recherchons une possible évolution de l’approche décorative de l’habitat noble. L’étude de l’approche décorative des résidences seigneuriales nous permet de mieux appréhender les caractéristiques des décors aussi bien architecturaux que figuratifs. Les éléments architecturaux, sur lesquelles nous avons porté notre attention, comprennent les portes, fenêtres et coussièges, les tourelles en surplomb, les échauguettes, bretèches, meurtrières et cheminées. Les autres décors que nous avons examinés sont les décors figuratifs qui se composent des motifs peints et des peintures murales ainsi que des motifs et figures sculptées. Nous avons pu constater par nos études que toutes les formes de conception décorative (le décor architectural et le décor figuratif) possèdent la structure simple au début de la période étudiée (XIIIe siècle), puis cette forme élémentaire se développe de manière plus compliquée au cours du temps en particulier le décor peint. Nous constatons ainsi une évolution stylistique des décors. En outre, trois types des éléments décorés ; portes, fenêtres et cheminées montrent une ressemblance stylistique. Il s’agit du travail de moulure sur les linteaux, les encadrements et les bases de ces éléments et la présence d’écus armoriés symbolisant l’appartenance du site à une famille ou une personnalité. Ceci permet d’affirmer que ces décors sont caractéristiques de l’époque étudiée. Quant au décor figuratif, l’apparition de différentes figures autorise une dimension plus approfondie au travers d’une présentation narrative.... There are nowadays many studies about aristocratic houses and their decoration. This study on decoration was achieved from the huge corpus of seignorial residences dated between the 13th and the 16th Centuries in the region of Viennois and Grésivaudan where a number of seignorial residences was found. Fifty-three selected sites gathered from a wide investigation were organized in two ways: firstly by documentary research in the archives, the libraries and the center of document resource, secondly by intervention in the studied area. This research focused on different categories of decoration: architectural, figurative, sculptural and painted decor. The research aims to establish the corpus of seigniorial residences which will enable it to study the entire decorative aspect of the selected sites. This will also allow for a new perspective of aristocratic house research.The castles and the fortified manor houses are known today as the existing aristocratic accommodation, which are in quite a large number and are unique in their architectural elements. The similarity of the two seignorial residences lies in their architectural characteristics. The quantity of them allows for an extension of the research framework for determining a sufficient number in terms of the studied sites. On the contrary, the difference of status between the castles and the fortified manor houses permits a comparison of their decorative aspects. Le Dauphiné has a great number of seignorial residences. The territory of Grésivaudan has been recognized for suitable settlement with fertile land in the mountains of Chartreuse and Belledonne. As for Viennois, this territory has a geographical variation which caused different characteristics of houses. Moreover, the history of Dauphiné presents a long period of independence with the succession of several Counts. The conquest policy was applied for defending the enemies in the surrounding areas and also for conquering more land. A great number of seignorial residences was included in this research. The study period from the 13th to the 16th Centuries is known as the transitional time from the end of the Middle Ages to the beginning of the Renaissance, there were many changes in different domains. These changes reflect the evolution of the decoration of aristocratic houses. The study of decoration of the respective seignorial residences will enable us to learn about the characteristics of the architectural and figurative decoration. Understanding the architectural decor involves a study of the architectural elements: doors, windows, turrets, watch-turrets, brattices, arrow holes and chimneys. The figurative decoration means a study of figurative presentation. The elements concerned are painting motifs and mural painting, sculptural motifs and figures. Molding in architectural decor emphasizes the structure of decorative elements. The frames of the doors and windows can be noticed by volumetric and symmetrical effects which can be seen on the lintel and the lower part of the frames of the structure. The appearance of sculpted shields above the doors and windows help complete the decorative aspect of the elements. The chimney has the same decorative effect but the molded decor would be on the upper part and the corbel or side posts. As for the figurative decoration, the presence of different figures like trees, animals, men create an in-depth dimension and more narration or a narrative scene. The painting motifs and the mural painting form a narrative which show a series of pictures which tell the sequence of an event or several successive scenes. Besides, as the corpus of the research assembles a great number of several types of decoration dating from 13th to 16th Centuries, it consequently reflects a stylistic evolution of decorative elements...

  • Publication . Part of book or chapter of book . Book . Other literature type . 2020
    Open Access French
    Authors: 
    Claudine Allag;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Le site gallo-romain de Sanxay, l’un des plus spectaculaires du Poitou, offre encore aujourd’hui un vaste théâtre, des thermes imposants, un sanctuaire au plan en forme de croix grecque. Les sondages récents n’ont révélé que peu de vestiges des revêtements peints ou stuqués. Mais dans les années 1880, les travaux du père Camille de La Croix en avaient fourni un certain nombre, en place ou fragmentaires. L’exploitation des archives (dessins et notes), des publications anciennes et de vestiges peu connus dans les réserves du musée Sainte-Croix à Poitiers nous a permis d’avancer un peu l’enquête : la décoration de quelques salles thermales nous est mieux connue, et le décor à réseau d’une voûte a pu être restitué. The Gallo-Roman site of Sanxay is one of the most spectacular in Poitou, with a vast theatre, an impressive baths complex, and a sanctuary with the plan of a Greek cross. Recent investigation has revealed that only a few painted or stuccoed linings have survived but in the 1880s the studies carried out by Père Camille de La Croix turned up a certain number, either in situ or fragmentary. Consultation of drawings and notes, ancient publications and little-known remnants in the deposits of the musée Sainte-Croix in Poitiers has furthered our knowledge : we now have a better understanding of the decoration in several rooms of the baths complex and the repeat-pattern decoration of a vault has been reproduced. Der gallo-römische Fundplatz von Sanxay ist einer der spektakulärsten des Poitou. Noch heute sind ein großes Theater und imposante Thermen zu sehen sowie ein Heiligtum, dessen Grundriss ein griechisches Kreuz beschreibt. Die neueren Sondierungsgrabungen haben zwar kaum Reste von Wandmalereien oder Stuck geliefert, doch bei den Ausgrabungen des Paters Camille de La Croix um 1880 waren solche Dekore zutage gekommen, entweder in situ oder in Form von Fragmenten. Die Auswertung der Archive (Zeichnungen und Notizen), alter Publikationen und recht unbekannter Reste in den Reserven des Musée Sainte-Croix in Poitiers haben die Untersuchung etwas weitergebracht : über die Ausschmückung einiger Säle der Thermen sind wir nun besser informiert, zudem konnte das Gitterwerk eines Gewölbes rekonstruiert werden.

  • Open Access French
    Authors: 
    Clothilde Roullier;
    Publisher: Ministère de la Culture et de la Communication
    Country: France

    Cet article a pour objectif de poser quelques jalons dans un champ de recherche encore très peu exploré : l’identification des sources archivistiques relatives aux décors des administrations étatiques, régionales, départementales et communales depuis 1945 jusqu’à nos jours. Dans la mesure où il n’y a pas de spécificité, du point de vue de l’action administrative, du décor dévolu à l’administration, les sources ne sont pas immédiatement données ni visibles. Il faut parvenir à dégager de la masse archivistique les dossiers concernant le sujet. Ce repérage s’effectue à partir du relevé des lieux d’installation des œuvres qui, pour certaines, ne sont d’ailleurs plus en place, qu’elles aient été déplacées ou, de façon plus regrettable, détruites. Au terme de cette recherche pionnière qui croise les sources entre les différents échelons de l’administration sur le territoire, il apparaît que les fonds conservés dans les services d’archives publiques pourraient permettre une étude de plus grande ampleur sur le sujet. À l’exploitation de ces sources produites par des personnes publiques, il conviendrait d’ajouter, lorsqu’ils sont répertoriés et accessibles, celle des fonds d’archives privés des artistes et des architectes. This article proposes a few lines of documentary research in a field that is practically unexplored: the identification of archival sources relating to works of art in state, regional, departmental and communal administrations from 1945 up to the present day. Since there is no specific administrative service charged with the decoration of these administration buildings, the sources are not easily identifiable or visible. Within large archival holdings it is necessary to identify the files of particular interest for the subject. This identification is based on a survey of the places where the works are installed, although some of them are no longer in place and some, sadly, have been destroyed. At the end of our preliminary research that analyses the sources at different levels of administration in the territory, it appears that the papers available in the public archive services could allow for a larger study on the subject. To these sources produced by public entities, and in the cases where they are catalogued and accessible, the private archives of artists and architects can be added.

  • Open Access French
    Authors: 
    Stéphanie Brouillet;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Les porcelaines adoptant des formes de bronze antiques et une couverte imitant le bronze et ses oxydations sont caractéristiques du règne de l’empereur Qianlong (1735-1795) de la dynastie Qing. Ces pièces témoignent de l’importance des bronzes antiques, référence culturelle, sociale, politique et artistique incontournable sous un Empereur soucieux d’inscrire son règne dans la succession des dynasties chinoises en valorisant les productions du passé et en leur rendant hommage via des créations contemporaines qui s’en inspirent. Les faux bronzes en porcelaine sont aussi le reflet du contrôle que Qialong exerçait sur la production artistique chinoise, et de son goût pour le trompe-l’œil dans les arts décoratifs. Porcelains adopting the form of ancient bronzes and their cover imitating bronze and its oxidations are characteristic of the Qianlong period (1735-1795). They are proof of the importance of ancient bronzes – a cultural, social, political, and artistic reference under Qianlong’s reign. The Emperor was eager to prove its reign to be part of the Chinese dynasties by shedding light on older productions and paying them tribute through contemporary creations. These fake bronzes in porcelain also reflect the way Qianlong controlled every aspect of the artistic production, and his love of “trompe-l’oeil” in the decorative arts. La porcelana con forma de bronce antiguo y esmalte que imita al bronce y su oxidación es propia del reinado del emperador Qianlong (1735-1795) de la dinastía Qing. Aquellas piezas dan testimonio de la importancia de los bronces antiguos, referencia cultural, social, política y artística ineludible para un Emperador ansioso por inscribir su reinado en la sucesión de las dinastías chinas, y valorar las producciones del pasado homenajeándolas a través de creaciones contemporáneas inspiradas en ellas. Asimismo, los bronces falsos de porcelana ponen de realce el control de Qialong sobre la producción artística china y su afición al trompe l’œil en las artes decorativas.

Send a message
How can we help?
We usually respond in a few hours.